Aller au contenu principal

Senecavirus A : attention!

L’Équipe québécoise de santé porcine réitère auprès de tous les éleveurs et intervenants du secteur porcin québécois l’importance que tout cas positif de Senecavirus A (SVA) lui soit déclaré le plus rapidement possible a­fin qu’un accompagnement et des mesures de biosécurité appropriées puissent être déployés et ainsi minimiser les risques de propagation du SVA au Québec.

Depuis l’été 2015, la propagation du SVA s’accélère et se disperse dans le cheptel porcin américain. Le SVA s’avère une menace pour le cheptel porcin québécois étant donné que plusieurs centres de rassemblement de porcs de réforme au Canada et des abattoirs aux États-Unis sont présentement contaminés.

C’est en septembre 2016 que des porcs de source canadienne, transitant par ces centres et présentant des lésions vésiculaires, ont été refusés à la frontière américaine. La présence de liens épidémiologiques avec les centres de rassemblement et les abattoirs du Québec est donc un risque non négligeable.

La maladie ne présente aucun risque pour la santé humaine ou la salubrité des aliments. Le SVA n’est pas une maladie à déclaration obligatoire au Canada. Cependant, les signes cliniques du SVA s’apparentent à d’autres maladies vésiculaires à déclaration obligatoire chez les porcs telles que la ­fièvre aphteuse, la stomatite vésiculeuse et la maladie vésiculeuse du porc. Elle pourrait donc avoir un effet perturbateur sur le commerce le temps que le diagnostic soit confi­rmé. Les éleveurs et toute personne en contact avec des porcs doivent être vigilants et surveiller régulièrement leurs animaux et signaler rapidement toute suspicion.

Si vous observez des lésions vésiculaires, arrêtez tout mouvement sur la ferme et à l’extérieur de celle-ci. Aucun animal malade, boiteux ou avec des lésions actives ou en processus de guérison ne doit être déplacé ou envoyé à l’abattoir, car cela pourrait entraîner une fermeture temporaire de l’abattoir pour une période de 48 à 72 heures. Appelez immédiatement votre médecin vétérinaire praticien. En présence de lésions vésiculaires, déclaration obligatoire à votre bureau local de santé animale de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et à la centrale de signalement du MAPAQ.

On peut consulter la fiche d’information de l’EQSP sur cette maladie en cliquant ici

(Source : Équipe québécoise de santé porcine)

La rédaction

edition@lacoop.coop