Aller au contenu principal
PIUB CIAQ

Quand le porcelet fait le poids

Le nombre de porcelets sevrés par portée est un critère économique très important pour les naisseurs. Il faut donc travailler sur chacun des caractères qui peuvent l’améliorer.

Parmi ces caractères, le poids à la naissance du porcelet est un critère primordial. Il est influencé par différents facteurs, comme la race (les porcelets de race pure ont des poids moyens inférieurs aux porcelets croisés), la parité de la mère (les cochettes ont généralement des porcelets de poids inférieurs), l’alimentation pendant la gestation, la durée de la gestation, etc.

De nombreux chercheurs ont constaté que les portées constituées d’un plus grand nombre de porcelets à la naissance ont des poids moyens inférieurs et que les porcelets de moins de 800 g à la naissance ont plus de difficulté à survivre jusqu’au sevrage.

Le poids à la naissance du porcelet est inclus dans l’indice de sélection des animaux ALPHAGENE depuis presque 20 ans. Cette mesure, prise individuellement sur chaque porcelet né dans nos troupeaux de sélection, nous donne trois informations très importantes, qui deviennent chacune un caractère de sélection : le poids individuel à la naissance, le nombre de porcelets qui pèsent moins de 800 g dans chaque portée et la variation des poids des porcelets à l’intérieur de chaque portée.

En ce qui a trait au poids individuel moyen à la naissance, l’objectif de sélection est de le maintenir et même de l’augmenter, tout en continuant d’accroître la taille de portée. En disposant du poids de naissance individuel des porcelets, on peut sélectionner chacun selon ce critère. Les truies qui ont plus de petits porcelets seront réformées, ce qui permettra de garder uniquement celles qui ne donneront pas des descendants de plus petits poids.

Le poids à la naissance est influencé par la taille de portée. Beaucoup pensent à tort que la sélection génétique entraîne des poids à la naissance plus petits. Comme le poids à la naissance est un critère de sélection depuis longtemps chez ALPHAGENE, ce n’est pas le cas pour nos animaux. Le poids à la naissance est relativement stable à travers le temps pour une même taille de portée.

Toutefois, comme la taille de portée a augmenté dans le temps et qu’on observe de plus en plus de portées de 16 porcelets nés vivants, le poids moyen des porcelets a baissé. Si on considère le total des poids des porcelets de la portée, on s’aperçoit toutefois qu’il est plus élevé pour les plus grandes portées.

Le nombre de porcelets qui pèsent moins de 800 g dans chaque portée permet de comparer les truies selon le poids total de leurs porcelets et de sélectionner celles qui ont de nombreux porcelets plus lourds. Les portées comportant des porcelets de moins de 800 g sont pénalisées, et les porcelets légers ne sont pas gardés pour être de futurs reproducteurs.

La variation des poids des porcelets à l’intérieur de chaque portée permet d’évaluer l’homogénéité des poids, l’objectif de sélection étant d’obtenir des portées le plus homogène possible. On a constaté que la mortalité naissance-sevrage est plus élevée lorsqu’il y a une grande variation des poids à l’intérieur de la portée. Sélectionner en vue d’une plus grande homogénéité des poids à l’intérieur d’une portée permet donc d’améliorer la survie des porcelets.

La sélection de ces caractères, et de bien d’autres, permet de produire des animaux performants, pour une meilleure rentabilité des élevages porcins. C’est le travail qu’accomplit l’équipe génétique d’ALPHAGENE, au profit des producteurs.

 

Lire l’article complet dans l’édition d'octobre 2019 du Coopérateur.

 

AUTRICES

Nicole Dion

Agronome, Ph. D.

Généticienne AlphaGene

Olymel S.E.C.

 

Mélanie Larochelle

Agronome, M. Sc.

Généticienne AlphaGene

Olymel S.E.C.

La rédaction

edition@lacoop.coop