Aller au contenu principal

La Chine rouvre ses frontières après un embargo de quatre mois sur la viande canadienne

C’est avec une grande satisfaction qu’Olymel accueille la nouvelle de la levée l’embargo sur la viande de porc canadienne à destination de la Chine.

Le premier ministre Justin Trudeau n’a pas tardé à l’annoncer sur Twitter, hier, le 5 novembre 2019. « Bonne nouvelle pour les agriculteurs canadiens : les exportations de porc et de bœuf vers la Chine reprendront. Merci à l’ambassadeur Barton et à l’industrie canadienne de la viande d’avoir contribué à rouvrir ce marché clé pour nos producteurs de viande et leurs familles. »

« Après cette longue interruption qui a causé des pertes à l’entreprise, nous nous réjouissons de cette décision », indique Richard Vigneault, porte-parole d’Olymel.

Ce conflit a nui particulièrement à l’industrie porcine canadienne, qui avait vu les portes de l’important marché chinois se fermer il y a quatre mois. Ottawa et Pékin en seraient venus à une entente dont les détails restent à éclaircir, mais il est clair que le marché chinois sera à nouveau accessible pour les producteurs canadiens.

« Dès hier, la production de viande de porc à destination de la Chine a été relancée dans les usines d’Olymel », ajoute Richard Vigneault.

Rappelons qu’en juin dernier, la Chine avait suspendu toutes ses importations de viandes en provenance du Canada après avoir décelé des traces de ractopamine, un additif qu’elle interdit dans la nourriture des bêtes d’élevage, dans une cargaison de viande porcine.

Les autorités chinoises ont avisé le Canada du fait que la cargaison n’était pas conforme le 14 juin. L’Agence canadienne d’inspection des aliments a par la suite affirmé que le certificat d’exportation de la cargaison était inauthentique.

« Nous allons tout mettre en œuvre pour satisfaire la demande des marchés chinois, assure le porte-parole d’Olymel. C’est une excellente nouvelle pour toute la filière porcine, tant pour les producteurs que pour les transformateurs. La Chine est un marché d’avenir et est un client majeur pour Olymel, notamment en matière de volume et de produits de qualité à valeur ajoutée. »

La Chine est le deuxième marché en importance pour le porc canadien.

 

(Sources : La Presse canadienne, La Presse, Radio-Canada)

La rédaction

edition@lacoop.coop