Aller au contenu principal

Le Plan d’agriculture durable

Cela fait déjà quelque temps que je veux vous parler des objectifs de développement durable de l’Organisation des Nations unies (ONU). Avec l’annonce du Plan d’agriculture durable du gouvernement du Québec, l’occasion est tout indiquée. 

Je vous avais glissé un mot sur ces objectifs dans une entrevue au sujet du déploiement du nouveau plan stratégique de Sollio Groupe Coopératif, dans l’édition de septembre de votre magazine. Nous nous sommes entendus avec nos trois divisions – Sollio Agriculture, Olymel et Groupe BMR – sur six objectifs de développement durable (tel qu’ils ont été décrétés par l’ONU) à intégrer dans notre planification stratégique. Ces objectifs touchent la lutte contre les changements climatiques, le travail décent et la croissance économique, l’élimination de la faim, la bonne santé et le bien-être, l’assainissement de l’eau, ainsi que la consommation et la production responsables.

Il est clair que nous devons, tous ensemble, continuer de trouver des solutions aux différents enjeux environnementaux et sociaux. C’est pourquoi Sollio Groupe Coopératif souscrit à ces objectifs de développement durable notamment en inscrivant en toutes lettres dans sa mission renouvelée « pour assurer au monde un avenir durable ». Une démarche structurée en matière de responsabilité d’entreprise à laquelle adhère l’ensemble de nos divisions est actuellement en élaboration pour donner suite à cet engagement. Notre modèle d’affaires coopératif et nos valeurs sont en lien direct avec ces objectifs ombrelles auxquels l’ensemble de notre réseau peut adhérer.

Notre modèle coopératif est un moteur de prospérité régionale et contribue au développement et à la vigueur économique des territoires. Cette particularité unique est hautement estimée par nos membres, qui souhaitent avant tout prospérer en région. 

Je me permets donc d’établir un parallèle avec le Plan d’agriculture durable du ministre André Lamontagne. Ce plan vise à réduire l’usage des pesticides, accroître la santé et la conservation des sols, améliorer la gestion des matières fertilisantes, améliorer la gestion de l’eau et accroître la biodiversité. Bref, nourrir le Québec dans le plus grand respect de l’environnement. Réduire l’empreinte environnementale de l’agriculture. Établir un lien de confiance entre producteurs et consommateurs. Ces objectifs, nous y travaillons aussi, sans relâche.

Le plan du gouvernement mise notamment sur les producteurs, la recherche et le transfert de connaissances. C’est, selon moi, la voie à suivre. En outre, une excellente nouvelle est le fait qu’on encouragera l’amélioration par un soutien financier aux producteurs. Nous avons besoin d’un appui pour mettre en œuvre de nouvelles pratiques dans nos entreprises.

D’ailleurs, nous souhaitons ardemment que les producteurs qui décident d’obtenir l'expertise agronomique des coopératives agricoles (les plus importants employeurs d’agronomes-conseils sur le terrain) puissent continuer d’en bénéficier, et ce, tout en accédant à de nouvelles mesures incitatives. Pour nous, pour moi, à titre de président, mais aussi de producteur, le choix du conseiller doit être laissé aux producteurs qui sont les mieux placés pour décider ce qui est bien pour eux.

Nos agronomes sont des courroies de transmission du savoir vers les entreprises agricoles. Les innovations et les connaissances que ces professionnels de notre réseau ont communiquées, au fil des ans, aux producteurs membres de nos coopératives sont nombreuses, et elles méritent d’être mises à contribution pour l’avancement de tous les types d’agriculture que l’on retrouve au Québec. Encore une fois, nourrir le monde fait partie de notre mission. Nous contribuons, jour après jour, à l’autosuffisance alimentaire du Québec, mais aussi à celle de nombreuses populations dans le monde.

En matière de protection des cultures, notre division Sollio Agriculture fait évoluer depuis des années l’agriculture de précision, notamment grâce à sa plateforme AgConnexion, en recommandant l’usage du bon produit, au bon endroit, au bon moment et à la bonne dose. Elle continuera ainsi d’accompagner les producteurs dans ce domaine. De grandes améliorations ont été réalisées ces derniers temps, comme en font foi les plus récents bilans d’usage des pesticides. Voilà qui témoigne bien que les producteurs ont à cœur la santé de la population ainsi que celle de leur terre.

Je suis d’avis que le Plan d’agriculture durable gagnera en efficience en soutenant à la fois le développement économique des régions du Québec et nos producteurs agricoles, et ce, tout en misant autant sur l’autonomie alimentaire que sur les exportations agroalimentaires.

Travaillons ensemble à un avenir plus durable.

Ghislain Gervais - président

ghislain.gervais@lacoop.coop