Aller au contenu principal

Les Jardins d’Alex et Jennie

Photo : Devant le kiosque qui fait la réputation de l’entreprise Aux Jardins d’Alex et Jennie, Karine, Clément Gagnon, Alexi (10 ans), Jennilie (6 ans), Philippe et Louise Maltais (conjointe de Clément). En 2003, lorsque le chapiteau a été mis sur pied, c’est Louise qui s’occupait de la vente des légumes. C’est en 2016 que Karine a repris le flambeau et ouvert le kiosque actuel.

Les entreprises agricoles qui approvisionnent des marchés de proximité suscitent un intérêt croissant, de la part tant des agriculteurs que des consommateurs. La pandémie a fait dévier ces entreprises de leur trajectoire habituelle, mais elles se sont adaptées… et rapidement. En voici un bel exemple : les Jardins d’Alex et Jennie.

Karine Dumais a de l’ambition et de l’énergie à revendre. Cette jeune productrice de Laterrière, au Saguenay, est à la tête des Jardins d’Alex et Jennie, une entreprise maraîchère florissante qui a pris naissance dans un petit chapiteau en bordure de la route. Un peu comme Steve Jobs, qui a commencé ses activités dans un garage.

La suite des choses est à une tout autre échelle, mais la mentalité d’affaires est la même. Innover, devancer les attentes des consommateurs et offrir un produit de qualité qui vaut son pesant d’or.

Les automobilistes qui filaient à toute allure sur le boulevard Talbot prenaient malgré tout le temps de s’arrêter pour se ravitailler vite fait en carottes et maïs sucré. Le modeste chapiteau offrait des produits débordants de fraîcheur. C’était en 2003.

Le bouche-à-oreille a permis de relayer rapidement le message. La demande dépassait l’offre. On faisait la queue pour se procurer les deux seuls produits que l’entreprise vendait alors. Il faut dire que l’endroit, à proximité de Chicoutimi et de Jonquière, était idéal. Sans compter qu’il était le seul à des kilomètres à la ronde et que l’engouement pour les produits locaux ne faisait que croître. 

Karine décide alors de tirer parti de ces avantages concurrentiels. Elle construit, en 2016, un véritable kiosque et lance, en parallèle, de multiples activités : autocueillette, fermette, aire de piquenique et comptoir de limonade, tours de petit train, labyrinthe de maïs (avec un nouveau concept de vélo à quatre places pour cet été), jardins de fleurs à couper. Elle veut faire vivre à sa clientèle une expérience gustative et familiale unique et de haute qualité. Dès lors, la croissance passe de bonne à exponentielle. La clientèle explose en un véritable raz-de-marée.

Entrepreneure dans l’âme

Aux Jardins d’Alex et Jennie, du nom des deux enfants de Karine et de son conjoint, Philippe Gagnon, fait partie d’une plus vaste entreprise : la ferme familiale de troisième génération HP Gagnon et Fils. Fondée par le grand-père de Philippe, reprise par son père (Clément) et aujourd’hui gérée par le jeune couple, l’exploitation cultive 1 200 acres en maïs-grain et céréales, 180 en pommes de terre et 40 en produits maraîchers d’agriculture raisonnée.

En plus des carottes et du maïs, la ferme vend à son kiosque de multiples autres légumes, ainsi que pain, confitures, bleuets, fraises et framboises. « La demande pour l’autocueillette est très forte », dit Karine, qui, avant d’être productrice, a possédé un salon de coiffure. « C’est pourquoi, cette année, on a ajouté 70 000 plants de fraises. On veut prendre le marché et être dur à surpasser. Ce sera une raison de plus pour les familles de rester en région pour les vacances estivales. » Pandémie oblige!

Ses produits ont une valeur et elle en demande un juste prix, qui rémunère adéquatement l’entreprise et son personnel, dont plusieurs travailleurs étrangers temporaires. La grande épicerie n’a jamais été dans sa mire. Karine veut garder la mainmise sur sa chaîne de valeur, de la production à la commercialisation. Elle se méfie toutefois de ses propres certitudes. « Chaque fois que j’ai dit que je ne ferais jamais ci ou ça, je l’ai finalement fait », dit-elle en riant.

La productrice a appris en pratiquant le métier, mais son expérience d’entrepreneure, qu’elle a su mettre à profit, était bien ancrée en elle. Et ce n’est pas terminé. Infatigable, elle souhaite encore bonifier son offre. Son plan d’affaires est sur la table. Une installation de serres en champ pour la production de tomates, et pourquoi pas quelques produits bios. Rien n’est impossible aux Jardins d’Alex et Jennie.

Patrick Dupuis

QUI EST PATRICK DUPUIS
Patrick est rédacteur en chef adjoint au magazine Coopérateur. Agronome diplômé de l’Université McGill, il possède également une formation en publicité et en développement durable. Il travaille au Coopérateur depuis plus de vingt ans.

patrick.dupuis@lacoop.coop

patrick.dupuis@lacoop.coop

QUI EST PATRICK DUPUIS
Patrick est rédacteur en chef adjoint au magazine Coopérateur. Agronome diplômé de l’Université McGill, il possède également une formation en publicité et en développement durable. Il travaille au Coopérateur depuis plus de vingt ans.

patrick.dupuis@lacoop.coop