Aller au contenu principal

Consultation publique pour le secteur Bridge-Bonaventure

Sollio Agriculture, auparavant la Division agricole de La Coop fédérée, a présenté, le 7 octobre 2019, son mémoire dans le cadre de la consultation publique menée par l’OCPM et la Ville de Montréal entourant le développement des principes de mise en valeur pour le secteur Bridge-Bonaventure.

« Nous croyons à l’importance de faire évoluer les quartiers névralgiques de Montréal comme le secteur Bridge-Bonaventure. Nous sommes d’avis que ce développement doit se faire de façon équilibrée en tenant compte des principaux acteurs en présence, comme la minoterie ADM. Nous demandons à la Ville de Montréal de privilégier un développement qui préserve la vocation, les activités et l’usage industriels du site de la minoterie ADM dans l’intérêt des producteurs agricoles du Québec », déclare Benoit Bessette Vice-président, marketing, communication et stratégie, Sollio Agriculture.

La minoterie ADM permet à des producteurs québécois, dont plusieurs agriculteurs membres de Sollio Agriculture, de vendre annuellement leur production de blé destinée à l’alimentation humaine. ADM est aussi un important fournisseur de coproduits comme le gru de blé pour Sollio Agriculture, qui achète une partie de sa production et s’en sert pour l’alimentation animale.

Benoit Bessette rappelle qu’un zonage différent pourrait occasionner des enjeux de cohabitation avec les riverains si, par exemple, un développement résidentiel voyait le jour à proximité. Les activités industrielles peuvent entraîner des nuisances à différents degrés pour quiconque habite à proximité : bruit, circulation, poussière, etc. « Il importe de créer de réelles zones tampons pour garantir une absence de bruit et de poussière pour les résidents, » mentionne-t-il.

« Pour nous, la cohérence territoriale doit non seulement respecter la vocation industrielle du secteur, mais également favoriser la poursuite des activités et le développement de la minoterie ADM. Il s’agit d’une entité déjà reconnue comme un élément fort du patrimoine industriel et située au coeur d’une activité économique qui bénéficie à l’ensemble des Québécois. », conclut-il.

 

Un marché en croissance

La production québécoise de blé, destinée à l’alimentation humaine et animale, a connu une croissance soutenue au fil des ans et a atteint en 2018 environ 243 000 tonnes, dont quelque 65 000 tonnes pour l’alimentation humaine. La croissance du secteur de la production de céréales pour l’alimentation humaine repose sur l’articulation d’une chaîne de valeur dans laquelle s’inscrivent des acheteurs comme ADM.

La rédaction

edition@lacoop.coop