Aller au contenu principal

Investir dans l’autonomie alimentaire : un geste nécessaire

Photo : iStock

Sollio Groupe Coopératif a salué les nouvelles mesures rendues publiques, le 19 novembre 2020, par le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, André Lamontagne, visant à augmenter l'autonomie alimentaire. En investissant dans le secteur agroalimentaire, le gouvernement du Québec contribue à assurer la vitalité économique des régions du Québec et à répondre à un besoin exprimé clairement par la population québécoise.

L'insécurité des derniers mois a mis en lumière l'importance de se pencher sur l'autosuffisance alimentaire du Québec ,et Sollio Groupe Coopératif ne peut que se réjouir de l'aide aux producteurs annoncée. Tel que souligné dans sa vision de la relance économique, Sollio Groupe Coopératif croit fermement que la relance du secteur agroalimentaire passe notamment par la mise en place de mesures visant à inciter la population et les distributeurs à acheter local. 

« Cette annonce confirme que le gouvernement du Québec a confiance dans le potentiel de l'industrie agroalimentaire québécoise pour contribuer à la relance économique. L'intérêt de la population pour les produits d'ici ne se dément pas et l'appui du gouvernement vient confirmer cette tendance. Il est aussi rassurant de voir que, bien qu'il fasse de l'autonomie alimentaire une priorité, le gouvernement demeure sensible à la réalité des producteurs d'ici dont le modèle d'affaires s'appuie notamment sur l'exportation. Celle-ci contribue grandement à consolider les activités de nos entrepreneurs agricoles en région, et donc à générer des retombées économiques substantielles pour les communautés locales », déclare Ghislain Gervais, président de Sollio Groupe Coopératif.

Par ailleurs, l'accès à la main-d'œuvre demeure un enjeu de taille pour les producteurs agricoles du Québec et les transformateurs. La modernisation et la robotisation permettent, certes, des gains importants en efficacité. Toutefois, il demeure que plusieurs tâches doivent être effectuées manuellement dans le cadre de nos activités. La main-d'œuvre est une clé indispensable à notre capacité d'accroître notre autonomie alimentaire, développer de nouvelles filières et allonger nos chaînes de valeur. En ce sens, Sollio Groupe Coopératif suit avec intérêt le travail du gouvernement du Québec concernant la requalification de la main-d'œuvre. Un apport plus important des travailleurs étrangers temporaires et une meilleure régionalisation de l'immigration figurent aussi parmi les solutions envisageables. Soulignons qu'il y a 6 000 à 7 000 postes à pourvoir dans le secteur agroalimentaire au Québec.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

La rédaction

edition@lacoop.coop