Aller au contenu principal
Chroniques / Entre nous

Les ambassadrices et ambassadeurs de notre réseau

Vous rappelez-vous l’album Dehors novembre, du groupe Les Colocs, paru il y a déjà plus de 20 ans, en 1998? Excellent album, par ailleurs. Dans le cas qui nous occupe, à ce temps-ci de l’année, on dirait plutôt : « Déjà septembre! »

Eh oui, car c’est la rentrée dans tous les sens du terme. Nos jeunes sont de retour sur les bancs d’école, les récoltes emplissent nos silos, et ce sera bientôt aussi la rentrée parlementaire… avec les élections fédérales qui pointent à l’horizon.

Rassurez-vous, je n’entrerai pas dans le débat sur qui gouvernera le Canada le 21 octobre prochain. Mais je vais tout de même vous parler de gouvernance.

Je pense que je ne vous apprendrai pas grand-chose en vous disant que votre réseau est en changement. En effet, depuis plusieurs années, il vit une véritable cure de rajeunissement.

Modernisation de nos infrastructures, fusions de coopératives, nouveaux partenariats d’affaires, acquisitions d’entreprises, développement de marchés, investissement dans l’agriculture numérique… Ces défis sont grands, et l’enthousiasme que nous mettons à les relever l’est tout autant. Tout ça, on le fait pour mieux vous servir ainsi que pour accroître la rentabilité de vos fermes et de votre réseau.

Dans notre modèle d’entreprise, les affaires, la coopération et la gouvernance vont main dans la main, pour que nous avancions dans le bon sens.

En d’autres termes, si nous développons les affaires, il ne faut pas pour autant que la coopération et la gouvernance en souffrent. C’est pourquoi nous avons amorcé une réflexion sur notre gouvernance, sous la forme d’un processus d’amélioration continue.

Un ancien administrateur de La Coop fédérée me disait que, il n’y a pas si longtemps, les deux plus hauts bâtiments de nos villages étaient l’église avec son clocher et la meunerie de la coopérative. Et qu’il arrivait bien souvent que le président de la coop s’accote tout bonnement sur un piquet de clôture pour discuter avec les membres de tout et de rien, de ce qui allait et de ce qui n’allait pas. Pour prendre le pouls. Je lui faisais remarquer qu’aujourd’hui les piquets de clôture ont disparu, ou presque. Et qu’il faut trouver d’autres moyens de parler avec les sociétaires. D’autres façons de se rapprocher d’eux et d’amorcer la conversation, pour faire évoluer nos mécanismes de vie associative. Les ambassadrices et ambassadeurs du réseau sont une excellente manière de le faire.

Qui sont ces ambassadrices et ambassadeurs? Ce sont des membres de coopératives, comme vous et moi. Des hommes, des femmes, des jeunes, des moins jeunes, évoluant dans diverses productions agricoles. Des membres qui assurent, par ce rôle qu’ils ont accepté de jouer, une bonne représentation du sociétariat dans les instances des coopératives régionales et de La Coop fédérée, ainsi qu’une remontée efficace des informations en provenance du terrain.

Par ses fusions de coopératives, le projet Vision 2020, du réseau La Coop, promet une plus grande solidité des entreprises. Mais qu’adviendra-t-il de la cohésion sociale dans ces structures élargies? Si on se distancie de sa coop et qu’on ne connaît plus son monde, comment maintenir le sens de la solidarité et de l’entraide?

Les ambassadrices et ambassadeurs permettent justement de mobiliser les forces vives du réseau afin qu’il existe une réalité coopérative toujours bien ancrée dans le territoire. Vous êtes invité à contribuer à cette gouvernance participative. Pour en savoir plus, lisez notre dossier sur le sujet dans cette édition de votre magazine (page 42). Vous y retrouverez plusieurs témoignages de sociétaires qui ont accepté de relever ce défi.

Je vous souhaite une excellente saison de récoltes ainsi que de bonnes conversations!

Ghislain Gervais - président

ghislain.gervais@lacoop.coop