Plus de marchés pour la croissance agricole

par Affaires économiques

Le Comité sénatorial pour l’agriculture a rendu public la semaine dernière son rapport sur l’amélioration de l’accès aux marchés internationaux pour le secteur agroalimentaire canadien. Une étude de plus de 2 ans qui formule 18 recommandations au gouvernement fédéral afin de faciliter l’accès aux marchés pour les producteurs et transformateurs agroalimentaires.

Ces recommandations sont effectuées au moment où le Canada prépare son prochain cadre stratégique pour le secteur agricole. Le rapport intervient aussi après la publication récente du rapport du Conseil consultatif en matière de croissance économique qui recommandait au gouvernement fédéral que l’agroalimentaire soit un des leviers de croissance pour l’économie canadienne.

Le rapport reconnaît l’importance des marchés d’exportation pour l’agriculture canadienne, ainsi que la forte demande internationale pour nos produits agricoles qui bénéficient d’une bonne réputation auprès de consommateurs en ce qui concerne la qualité.

Les consommateurs dans le monde veulent plus de porc, plus de sirop d’érable et plus de canola canadiens, entre autres.


À lire aussi :
GO: des groupes américains veulent des concessions


Rappelons que plus de 50 % de la production agroalimentaire canadienne est exportée. Le rapport anticipe aussi un impact positif d’un meilleur accès aux marchés pour l’agroalimentaire qui serait vital pour l’économie canadienne.

De plus, il recommande entre autres que le gouvernement facilite l’accès aux subventions pour que les entrepreneurs agricoles puissent investir et s’adapter aux nouvelles technologies ainsi qu’à l’évolution du contexte commercial.

En effet, le contexte commercial du Canada est complexe quant à l’accès au marché européen après le Brexit, la fin du PTP qui offrait un partenariat avec l’Asie et, évidemment, l’avenir de l’ALENA.

Concernant l’ALENA, le 11 mai dernier, le Conseil canadien du porc a rencontré le comité permanent du Commerce international afin de recommander au gouvernement fédéral de saisir l’occasion pour améliorer des irritants frontaliers quant aux exportations de porc canadien vers les É.-U., notamment les barrières règlementaires qui constituent des obstacles aux flux de porc entre le Canada et les É.-U.

                           

0 Commentaires