Stéphanie Ruel, productrice laitière

par La rédaction

Stéphanie Ruel, productrice laitière à Saint-Ferdinand, est une jeune femme déterminée. Ce qui la passionne dans le métier, c’est l’évolution! Elle se plaît à dire qu’il y a autant de méthodes de gestion de ferme qu’il y a de fermes. Voici son histoire!

Même si Stéphanie Ruel a choisi de faire des études en productions animales, à l’ITA de Saint-Hyacinthe, l’option de reprendre la ferme n’était pas dans ses plans. Elle souhaitait plutôt devenir représentante ou employée de ferme.

Dès sa première année, elle se rend compte que le métier de représentante n’est pas fait pour elle, mais décide tout de même d’obtenir son diplôme d’études collégiales (DEC).

En 2007, un an avant la fin de sa formation, Stéphanie rencontre Benoit Quintal, celui qui deviendra son conjoint. Cette relation constitue vraiment le point tournant de sa carrière parce qu’il est intéressé à exploiter sa propre entreprise agricole. Comme ses parents ne sont pas producteurs, l’acquisition de la ferme de ses beaux-parents devient une option envisageable. Quant à Martial, le père de Stéphanie, qui n’a pas de relève, il accepte avec grand bonheur d’y intégrer sa fille et son gendre.

C’est donc en 2008 que le projet se concrétise. Dès 2010, Stéphanie obtient 50 % des parts de l’entreprise; Benoit en détient 20 %, alors que les parents en conservent 30 %.


À lire aussi :
Ferme Désilets, en constante amélioration


Partage des tâches

Benoit occupait un emploi à temps plein à l’extérieur. Emploi qu’il a quitté en septembre 2017 après un congé de paternité. Les tâches sont maintenant réparties ainsi : Stéphanie s’occupe principalement de tout ce qui a trait aux animaux alors que Martial, son père, et Benoit s’occupent de l’entretien des bâtiments, d’une érablière et des travaux de champs. Sa mère, Renée Vigneault, continue de gérer toute la comptabilité de l’entreprise.

Ferme Halifax enr.

Ferme Halifax enr., membre de VIVACO groupe coopératif, possède un troupeau de 91 têtes, dont 45 vaches en lactation qui produisent au total 54 kg/jour. Elle exploite également une érablière de 9500 entailles, dont 8000 leur appartiennent, en plus de cultiver 70 hectares de terre en fourrage et pâturage.

Vision d’entreprise

Déjà en 2012, les actionnaires ont pris la décision d’installer un robot de traite et de transformer l’étable en stabulation libre. Cette décision a entraîné la construction d’une nouvelle étable.

L’objectif à court terme est d’augmenter la production à 60 kg/jour, sans pour autant augmenter le nombre de vaches, afin d’exploiter l’étable à sa pleine capacité. À plus long terme, Stéphanie parle d’un projet de construction pour loger ses taures, ses vaches taries et ses vaches en préparation au vêlage.

En plus de son rôle de mère de trois enfants (un quatrième est attendu pour la fin novembre) et d’entrepreneure, Stéphanie trouve le temps de s’impliquer. Elle siège au conseil d’administration des Producteurs de lait du Québec – MRC de l’Érable, ce qui représente environ une rencontre par mois. Dans le peu de temps qu’il lui reste, elle s’adonne à la course à pied. Son conjoint et elle essaient de s’accorder quelques jours de vacances de temps à autre.  

0 Commentaires