Sexer les oiseaux dans l'oeuf

par La rédaction

Chaque année, au Canada, des millions de poussins mâles, d’aucune utilité dans le secteur des poules pondeuses, sont euthanasiés dès leur sortie de l’œuf.

Une pratique que l'Allemagne veut cesser d'ici 2017, et à laquelle une invention de l'Université McGill pourrait mettre fin.

En Allemagne, le ministère de l'Agriculture s'est associé à des chercheurs de l'Université de Leipzig pour développer un appareil qui triera les poussins dans l'œuf avant l'éclosion, grâce à la spectroscopie. D'ici 2017, le broyage des poussins y sera formellement interdit, a annoncé le gouvernement le printemps dernier.

McGill se penche aussi sur la situation

Au Québec, l'Université McGill se penche aussi sur une technologie semblable. Depuis 2012, le professeur Michael Ngadi conçoit, avec le soutien du Conseil industriel de la volaille de l'Ontario et les Producteurs d'oeufs de l'Ontario, une technologie d'identification in vivo, qui permettrait « aux producteurs de ne plus gaspiller la moitié de leurs ressources à couver des œufs qui n'ont pas de valeur », lit-on dans un rapport du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada. McGill travaille également sur une technologie utilisant la spectroscopie.

La multinationale Unilever, qui fabrique entre autres la mayonnaise Hellmann's, s'est aussi engagée à investir dans la recherche pour trouver une solution à ce problème dans sa chaîne d'approvisionnement.

Pas de loi en vue au Québec

Le Québec, qui vient tout juste d'adopter la nouvelle Loi visant l'amélioration du statut juridique de l'animal, ne s'est pas penché spécifiquement sur le sort des poussins mâles. Le MAPAQ demande aux producteurs de s'inspirer des meilleures pratiques mondiales. Mais les pratiques d'autoréglementation de l'industrie, qui ne sanctionnent pas le broyage des poussins, resteront vraisemblablement en vigueur.

Source : La Presse+

Portrait de La rédaction

0 Commentaires