Méthanisation à la ferme

par Patrick Dupuis

Pour accroître leurs revenus et donner un coup de pouce à l’environnement tout en misant sur l’avenir de l’agriculture, des producteurs planchent sur la méthanisation. Rencontre avec des passionnés débordant d’énergie et de savoir-faire.

Terryland Farms, fumiers électrisants

En 2006, Linda et George Heinzle installent dans leur ferme de Saint-Eugène, dans l’est de l’Ontario, un biodigesteur d’une capacité de 1000 m3. Cinq ans plus tard, ils couvrent de panneaux solaires le toit de trois bâtiments. Leurs buts : produire de l’électricité pour alimenter le réseau électrique de la province, réduire la production de gaz à effet de serre de leur exploitation et tirer profit d’une diversification de ses activités.

Chaque jour, les 16 tonnes de fumier produites par les 280 têtes Holstein de Terryland Farms sont traitées dans le biodigesteur pour produire du méthane. Ce gaz sert de combustible à deux puissantes génératrices de 180 kilowatts (kW) qui fournissent près de 800 kilowattheures (kWh) par jour.

L’exploitation reçoit également 100 tonnes de boues issues de divers rejets de transformation alimentaire. De ces matières à haut potentiel énergétique, on peut tirer, une fois passées au biodigesteur, suffisamment de méthane pour produire 6000 kWh par jour.

Toute l’électricité produite par Terryland Farms, soit quelque 6800 kWh par jour, est vendue 19 ¢ le kilowattheure à Hydro One et alimente le réseau de distribution d’électricité de la province. Le revenu qu’elle en tire se monte à 450 000 $ par année. Le biodigesteur, les génératrices et le système informatique ont coûté 1,2 million $.

Efficacité énergétique

Puisque l’efficacité des génératrices est d’environ 40 %, des échangeurs thermiques récupèrent la chaleur du moteur et de l’échappement, soit environ un million de BTU par heure. Cela permet de chauffer la maison, l’atelier, le salon de traite, la piscine intérieure et de fournir l’eau chaude nécessaire à la maison et à l’étable.

Coup de soleil

Depuis 2011, des panneaux solaires sont installés sur trois des bâtiments de Terryland Farms. Un investissement de 750 000 $ qui, en retour, rapporte chaque année 100 000 $ à ses propriétaires. L’électricité produite est vendue 52 ¢ le kilowattheure à Hydro One.

Pour en savoir plus, consultez l'édition de septembre 2013 du Coopérateur

Portrait de Patrick Dupuis

QUI EST PATRICK DUPUIS
Patrick est rédacteur en chef adjoint au magazine Coopérateur. Agronome diplômé de l’Université McGill, il possède également une formation en publicité et en développement durable. Il travaille au Coopérateur depuis plus de vingt ans.

patrick.dupuis@lacoop.coop

0 Commentaires