Kara et Akina, des avoines sans limites!

par Lyne Beaumont

Issues du programme de sélection génétique de La Coop fédérée, deux nouvelles avoines font tourner les têtes.

Avec leur tenue hors du commun, leur excellente résistance aux maladies et leur rendement supérieur dans toutes les zones, les variétés Kara et Akina permettent d’augmenter la rentabilité de la culture de l’avoine.

Augmenter la rentabilité en trois points

Lorsque la valeur de la récolte tombe sous la normale, on sera tenté d’abandonner la culture de l’avoine ou d’y investir le moins possible. Comment éviter de faire fausse route et réussir sa production? Trois points importants sont à considérer : le choix de la variété, la fertilisation et la protection du rendement.

1. Choix de la variété

Dans les essais du Réseau Grandes cultures du Québec (RGCQ), il peut y avoir jusqu’à 29 % d’écart de rendement entre les différentes variétés d’avoines. Un choix judicieux s’impose donc.

Le choix de la variété doit se faire en fonction du marché visé, des caractéristiques particulières recherchées et – facteur principal pour la rentabilité – du rendement. Pour ce qui concerne le marché de l’alimentation humaine, la variété Akina figure parmi les avoines privilégiées par la société Quaker Oats.

La variété Kara, sélectionnée pour une tenue exceptionnelle, peut être implantée dans un champ ayant un historique de verse.

La nouvelle avoine Akina arrive en tête de liste dans les essais du RGCQ de 2013 à 2015, et ce, dans toutes les zones. C’est une première de classe, suivie de près par la variété Kara, troisième rendement dans chaque zone et meilleure tenue dans tous les essais. Toutes les deux présentent une excellente tolérance à la rouille couronnée, principale maladie foliaire de l’avoine.

Bien choisir ses variétés permet donc d’augmenter la rentabilité de la culture (voir l’exemple au tableau 1). Akina l’a accrue de 86,58 $/ha, pour un coût de semence semblable.

2. Fertilisation

L’azote

Selon le Guide de référence en fertilisation du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ), les recommandations en azote pour l’avoine sont de 40 à 60 kg/ha, selon les risques de verse. Malheureusement, peu de champs d’avoine sont fertilisés à hauteur de ces recommandations. Les essais réalisés à la Ferme de recherche en productions végétales de La Coop fédérée démontrent que l’apport d’azote a un impact majeur sur le rendement de l’avoine. Les cultivars Kara et Akina présentent une résistance à la verse supérieure, qui permet d’appliquer une fertilisation azotée optimale sans compromettre la tenue (voir le tableau 2).

Le phosphore

Appliquer l’engrais phosphaté au semis s’avère plus efficace que de le faire à la volée. Comme le phosphore voyage peu dans le sol, un apport près des racines est avantageux (voir le tableau 3).

Grâce à une fertilisation adaptée, on peut obtenir une augmentation de rentabilité de 18 $/ha pour ce qui est de l’azote et de 50 $/ha en plaçant le phosphore plus judicieusement, près de la semence.

3. Protection du rendement

Même dans l’avoine, il peut être avantageux de protéger la culture avec un fongicide. Les maladies foliaires, qui affectent le rendement et le remplissage du grain, surviennent souvent tard en saison, particulièrement lorsque le champ démontre un potentiel élevé. Dans les essais de la Ferme de recherche, l’utilisation d’un fongicide à l’épiaison, combinée à la fertilisation azotée, a permis d’augmenter les rendements de façon rentable (voir le tableau 4).

Voilà plusieurs pistes pour augmenter la rentabilité de votre culture d’avoine. Akina et Kara sont d’excellents choix pour vous aider à réaliser vos objectifs.

Tableau 1 : Rendement relatif de l’avoine en zone 3, essais du RGCQ, comparaison avec les témoins (2013 à 2015)

Cultivars

Rendement relatif en zone 3

Rendement (kg/ha)

Revenu*

($/ha)

Akina

112

6223

808,99

Témoins

100

5557

722,41

* En se basant sur un prix de l’avoine de 130 $/t  (Source : RGCQ)

Tableau 2 : Essais de régie intensive dans l’avoine (3 ans, 4 cultivars), Saint-Augustin-de-Desmaures et La Pocatière (2013 à 2015)

Traitement

Rendement

(kg/ha)

Revenu brut*

($/ha)

Coût du traitement

($/ha)

Revenu net

($/ha)

Standard 15-30 N

3097b

402,61

0

402,61

Standard 45-60 N

3536a

459,68

39

420,68

* En se basant sur un prix de l’avoine de 130 $/t et un prix de l’azote de 1,30 $/kg
Les données suivies d’une même lettre ne sont pas statistiquement différentes. (Source : La Coop fédérée)

Tableau 3 : Essais de démarreurs dans l’avoine, Saint-Augustin-de-Desmaures et La Pocatière (2011)

Traitement

Rendement

(kg/ha)

Revenu*

($/ha)

40 P en présemis incorporé

3553a

461,89

40 P combiné avec semence

3944b

512,72

* En se basant sur un prix de l’avoine de 130 $/t 
Les données suivies d’une même lettre ne sont pas statistiquement différentes. (Source : La Coop fédérée)

Tableau 4 : Essais de régie intensive dans l’avoine (3 ans, 4 cultivars), Saint-Augustin-de-Desmaures et La Pocatière

Traitement

Rendement

(kg/ha)

Revenu brut*

($/ha)

Coût du traitement

($/ha)

Revenu net

($/ha)

Standard 45 N

3536

459,68

0

459,68

Intensive 45 N + Caramba

4137

537,81

72

465,81

* En se basant sur un prix de l’avoine de 130 $/t; prix du Caramba et de l’application : 72 $/ha (Source : La Coop fédérée)

Portrait de Lyne Beaumont

QUI EST LYNE BEAUMONT
Membre de l'Ordre des agronomes du Québec, Lyne est conseillère Semences Elite à La Coop fédérée.

lyne.beaumont@lacoop.coop

0 Commentaires