Arriver à bon « porc »!

par Josée Niquette

La mortalité durant le transport provient de l’addition de tous les stress subis lors du cheminement du porc de la ferme à l’abattoir. Il importe d’évaluer les façons de faire des fermes porcines et des compagnies de transport pour mieux cibler les points à améliorer. 

Cette représente une perte économique et une préoccupation en matière de bien-être animal. La Loi sur la santé des animaux, sous la responsabilité de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, entre également dans l’équation.

Les porcs morts à leur arrivée à l’abattoir et les porcs dits « essoufflés » ont fait l’objet de plusieurs recherches. Elles ont évalué le nombre d’animaux atteints et proposé des solutions pour diminuer les pertes de temps et d’argent.

Les étapes de chargement et de déchargement sont les plus critiques et les plus difficiles dans tout le processus du transport. Un effort physique est demandé aux porcs pour sortir de leur parc et marcher (quand ce n’est pas courir) jusqu’à l’aire de chargement. Emprunter le quai et la rampe de la remorque exige un autre effort, sans compter que les quais et les pentes sont parfois inadéquats.

Des expériences positives répétées indiquent que le stress des porcs diminue lorsqu’une personne les approche. Marcher dans les parcs chaque jour et sortir les porcs de leur parc durant l’élevage diminuent le stress à l’heure du chargement. Des porcs fréquemment manipulés mettent moins de temps à sortir de leur parc lors du chargement que ceux n’ayant pu vivre cette expérience (16 secondes contre 82). D’autres chercheurs ont noté une tendance à une diminution du taux de mortalité dans le transport chez les porcs préalablement déménagés de parc, comparativement à ceux non manipulés (0,07 % contre 0,38 %).

Durant le transport, le porc vivra aussi du stress, physique et psychologique : contact avec d’autres porcs, vibrations, variation de température, durée de transport parfois longue. Des températures basses ou plus élevées causent un stress supplémentaire. La densité dans la remorque influe aussi sur la mortalité dans le transport. Référez-vous au Guide de référence sur la manipulation et le bien-être des porcs durant le transport (2013) et au Code de pratiques recommandées pour le soin et la manipulation des animaux de ferme : Transport (2001).

Pour plus de détails, voir l’article dans l’édition de juillet-août 2014

QUI EST JOSÉE NIQUETTE
Membre de l'Ordre des agronomes, Josée travaille comme coordonnatrice qualité pour le porc chez Olymel s.e.c.

joseeniquette@olymel.com

0 Commentaires