Allons plus loin que le coût par hectolitre produit!

par Nicolas Marquis

La période des mesures incitatives à la production, c’est aussi une raison pour parler de revenus et de marge plutôt que du coût à l’hectolitre de lait produit.

Il vaut donc la peine d’aller plus loin que le coût de concentrés par hectolitre pour examiner  plutôt celui de la marge par kilo de gras pour avoir une bonne idée des coûts réels.

En période d’augmentation des coûts liés à la production laitière, il est impératif de trouver les meilleurs moyens d’augmenter sa rentabilité. La manière la plus commune est de calculer le coût de concentré par hectolitre de lait produit. Nos vous proposons plutôt d’examiner la marge produite par kilos de gras.

Les producteurs d’ici sont limités par le nombre de kilos de gras livrés en raison du système basé sur les quotas. Pour augmenter les revenus, il faut donc rechercher le revenu maximal pour tous ces kilos de gras. Pour une même quantité livrée, le fait de faire varier les composants a un impact majeur, principalement avec un ratio solides non gras/gras qui se rapproche de 2,35, tel que cela est permis.

L’alimentation a donc un grand rôle à jouer pour augmenter la productivité des vaches. Un meilleur fourrage et une bonne quantité de concentrés seront plus rentables, même s’ils coûtent plus chers, parce qu’ils permettront d’augmenter la production de chaque vache, tout en les maintenant en bonne santé.

Par exemple, faire 50 kg de quota avec 40 taures nourries de fourrages de bonne qualité est plus rentable que faire 50 kg de quota avec 60 taures nourries de fourrages moyens. Les dépenses alimentaires sont en effet de loin supérieures dans le deuxième cas, puisqu’il faut pallier la qualité des fourrages par plus de concentrés et qu’il faut alimenter 20 taures de plus.

Par ailleurs, les coûts/hl les plus faibles proviennent des grandes productrices, tout comme la plus  importante marge de profit/kg de gras. Il faut donc repérer les vaches les plus productives et les garder, ce qui permettra de diminuer le troupeau sans réduire la production.

Le tableau mensuel La Coop, offert gratuitement aux clients du réseau, fusionne les informations provenant des achats d’intrants, de la paie de lait et de Valacta. Il permet de voir rapidement à tous les mois les points forts, les tendances et les points à améliorer. Un tel bulletin est un outil intéressant pour obtenir un portrait du troupeau et des coûts qui y sont liés.

Pour plus d’informations, lire l’article complet paru dans l’édition de mai-juin 2014.

 

Portrait de Nicolas Marquis

QUI EST NICOLAS MARQUIS
Membre de l'Ordre des technologues, Nicolas est conseiller spécialisé en production laitière à La Coop fédérée.

nicolas.marquis@lacoop.coop

0 Commentaires