Aller au contenu principal
PIUB CIAQ

Prix établissement et transfert de ferme La Coop fédérée

Crédit photo : François Perras (Tourigny et Hardlook) et Étienne Gosselin (Laliberté).

Si transférer ou s’établir en agriculture était facile, il n’existerait pas, pour une 17e année consécutive, le concours Prix établissement et transfert de ferme La Coop fédérée pour mettre en lumière des histoires exceptionnelles de cédants et d’accédants ayant démarré ou transféré avec succès. Cette semaine, nous vous présentons les trois demi-finalistes du concours, catégorie établissement. Les entreprises finalistes et gagnante seront connues lors de l’AGA de La Coop, en février prochain.

 

Tourigny

 

Ferme Dave Tourigny – Saint-Germain-de-Grantham (Québec) – Parrainée par La Coop Agrilait

Ils se sont connus sur les terrains d’exposition au sein des Jeunes ruraux. Dave Tourigny et Sophie Leblanc ont toujours vécu pour et par l’élevage, comme en témoignent les vaches excellentes et très bonnes qui s’accumulent dans l’étable à chaque visite du classificateur. Après leurs études collégiales et maintes expériences de travail, ils ont formé un couple et formé une entreprise, car prendre la relève de leurs fermes familiales respectives n’était pas possible. Tout a commencé par l’élevage et le commerce d’animaux au préfixe RIGHTSTAR. La crise de la vache folle en 2003 et le repli du marché de la génétique ont été des éléments déclencheurs : plutôt que de vendre des animaux, il valait mieux les traire en achetant du quota. Innocence, entêtement ou témérité? S’en est suivi un long périple où Sophie et Dave ont trimballé leur troupeau d’étable en étable avant d’aboutir, en 2013, sur leur site actuel, libres, heureux, souvent épuisés, mais fiers de leur entreprise… car c’est la leur!

 

Laliberté

 

Fruitière Laliberté – Saint-Lambert-de-Lauzon (Québec) – Parrainée par Avantis Coopérative

Il a démarré dans les fraises et les framboises, mais l’appétit de Réal Laliberté était trop grand : pourquoi pas aussi les bleuets, les pommes, les citrouilles et les légumes, sur 26 hectares s’il-vous-plait? Aidé de sa conjointe Noëlla au service à la clientèle, ce boulimique de l’entrepreneuriat n’a pas eu à regarder loin pour trouver repreneur à l’entreprise dynamique qu’il a montée : sa petite-fille Maude Brouard et son conjoint David Dion sont devenus propriétaires le 3 mai 2018, après leurs études en gestion agricole. Une vision commune du devenir de l’entreprise anime jeunes et moins jeunes, qui veulent renouveler l’expérience client, mais sans perdre de vue les traditions. Les projets foisonnent pour les successeurs : on a déjà relooké le kiosque de vente qui s’est adjoint un bar laitier. Celui-ci permet d’écouler les fruits invendus, car c’est connu chez Laliberté : rien ne se perd… tout se transforme!

 

Hardlook

 

Ferme Hardlook – Saint-Gérard-Majella (Québec) – Parrainée par La Coop Agrilait

Habile à l’école, Philippe Beauregard aimait la géographie et la politique, mais il a choisi l’agriculture. Né d’une mère œuvrant en comptabilité et d’un père dans le commerce de foin, le natif de Saint-Guillaume a commencé en élevant des génisses à forfait avant de lancer sa propre ferme laitière dans l’étable vide et fonctionnelle d’un ange-gardien, mentor et collaborateur hors-pair, Yvan Côté, ex-client de Philippe quand il était expert-conseil à La Coop Covilac. Pour Philippe, la vie se résume à une succession de croisées de chemins : agriculture ou politique, employé ou entrepreneur, pis taris… ou pis pleins! Visionnaire, analytique, travaillant et optimiste, Philippe parle du véganisme et de l’agribashing, calcule sa marge mensuellement, souligne les avantages de la gestion de l’offre, peste contre la hausse du prix des intrants, se crée un coussin financier comme inséminateur quelques matinées par semaine, tente de prévoir l’imprévu, vise l’infaillibilité dans la rigueur quotidienne qu’exige une ferme en démarrage. Autant de réflexes d’un bon entrepreneur… le chemin qu’il a choisi!

Étienne Gosselin

QUI EST ÉTIENNE GOSSELIN
Étienne collabore au Coopérateur depuis 2007. Agronome et détenteur d’une maîtrise en économie rurale, il œuvre comme pigiste en communication et dans la presse écrite et électronique. Il habite Stanbridge East, dans les Cantons-de-l’Est, où il cultive le raisin de table commercialement.

etiennegosselin@hotmail.com

QUI EST ÉTIENNE GOSSELIN
Étienne collabore au Coopérateur depuis 2007. Agronome et détenteur d’une maîtrise en économie rurale, il œuvre comme pigiste en communication et dans la presse écrite et électronique. Il habite Stanbridge East, dans les Cantons-de-l’Est, où il cultive le raisin de table commercialement.