Aller au contenu principal

La philosophie du collectif

La Stratégie nationale d’achat d’aliments québécois, récemment lancée par le gouvernement du Québec, est un pas dans la bonne direction pour soutenir l’agriculture d’ici. Sollio Groupe Coopératif salue cette initiative qui contribuera à l’économie régionale et dynamisera le rôle essentiel des familles agricoles du Québec.

Notre plan de relance économique du secteur agroalimentaire, en cinq axes, présenté au printemps dernier, et dont je vous ai déjà parlé, encourageait justement la mise en place de circuits d’approvisionnement courts et locaux au Québec. Le secteur agroalimentaire représente une source tant d’emplois que de création de richesse. Le potentiel est tout simplement énorme.

Mais pour cela, il faut être au rendez-vous, présent sur le terrain et en bonne santé financière. Il faut un réseau fort, fait de coopératives pérennes, résilientes, unies, ancrées dans nos communautés et à l’écoute de leurs besoins. La coopérative ayant des antennes partout en région, les membres de la base nous font part, dans les différentes instances du mouvement coopératif, de leurs préoccupations et de leurs attentes, et on doit y répondre. On doit régulièrement expliquer les raisons qui nous amènent à prendre certaines décisions. Ce qui n’est pas le cas dans de nombreuses grandes organisations capitalistes, où l’avis des consommateurs n’est pas toujours pris en compte. De plus, ces dernières sont soumises à la dictature des trimestres.

Une coopérative est une association de personnes réunies pour satisfaire un besoin commun. Ces personnes sont directement impliquées dans leur organisation et ont à cœur qu’elle fonctionne bien. Puisqu’elles en sont les propriétaires et les usagers, elles ont tout intérêt à trouver des solutions aux problèmes qui se présentent. Le pouvoir économique et décisionnel des coopératives est entre leurs mains.

Voilà qui m’amène à vous parler de la coopérative de plein air Mountain Equipment Coop (MEC) qui, après 40 ans d’activité, a dû se résoudre à se défaire de ses actifs au profit d’une entreprise américaine. Une situation désolante. Cela dit, je ne lui lance pas la pierre. Mes pensées se tournent vers les employés et les membres de cette coopérative qui a longtemps été une fierté et un exemple d’entrepreneuriat au pays. Diverses circonstances et décisions, dont on ne fera pas le procès ici, ont miné ses forces vives.

Cette situation n’est pas sans rappeler la vague de démutualisation qui a déferlé dans l’Ouest canadien au cours des années 1990 et 2000, et qui aura eu raison des grands pools coopératifs de grains.

Une étude de PricewaterhouseCoopers (PwC), commandée par Sollio Groupe Coopératif en 2018, indiquait que la démutualisation s’opère la plupart du temps sous la pression négative de quatre principaux facteurs : la mauvaise performance financière, des structures de gouvernance inadaptées et dépourvues de transparence, une baisse de la motivation des membres et la faiblesse des valeurs coopératives et de l’engagement démocratique.

Je l’ai dit, je ne lance pas la pierre. Ces situations nous rappellent qu’aucune entreprise coopérative n’est à l’abri de se retrouver dans l’engrenage d’une démutualisation. Les coopératives n’évoluent pas en vase clos. La force de la coopérative, c’est le collectif. Elle est modelée à l’image des gens qui les composent.

Sollio Groupe Coopératif a pris des mesures pour encadrer le processus de démutualisation afin qu’il ne devienne pas une voie de sortie facile, mais plutôt de dernier recours. Des leviers de prévention du risque de démutualisation permettent à une coopérative de demeurer résiliente et bien vivante : une situation financière robuste, une gouvernance saine et transparente, une bonne prise en compte des motivations des membres, des valeurs et un engagement coopératif fort. Il faut se servir des forces du modèle coopératif pour relever les défis de demain.

La semaine de la coopération battra son plein du 11 au 17 octobre prochain. Profitons de l’occasion pour se pencher sur nos valeurs et tout mettre en œuvre pour les garder bien en vie.

Ghislain Gervais - président

ghislain.gervais@lacoop.coop