Aller au contenu principal

Cinq conseils pour préparer le transfert de son entreprise

La retraite approche à grands pas et vous êtes prêt à passer le flambeau à la relève, qu’il s’agisse d’un proche ou d’un tiers? Pour assurer la pérennité de votre entreprise, il est important d’adopter une démarche structurée. Une bonne préparation garantit le transfert à une relève qualifiée et la préservation de votre patrimoine. Voici donc quelques conseils pour amorcer votre réflexion.

 

1. Connaître son entreprise

Il est fondamental d’avoir une bonne vision d’ensemble de votre stratégie d’entreprise, y compris une veille concurrentielle. Bien comprendre le marché et ses enjeux accélère et facilite la prise de décisions dans un contexte de transfert.

 

2. Considérer la formule coopérative

Vous êtes investi dans votre entreprise et elle a une incidence positive sur la société. Il est donc essentiel que le transfert s’inscrive dans cette voie. Assurez-vous que les valeurs des repreneurs cadrent avec les vôtres et que leurs objectifs favorisent la pérennité de l’entreprise. Vous voudrez peut-être considérer la formule coopérative pour assurer le transfert de votre entreprise. Deux options sont possibles : un transfert partiel et graduel ou un transfert complet.

Dans le premier cas, une coopérative de travailleurs actionnaires qui regroupe vos employés peut devenir un actionnaire minoritaire, avant de devenir, petit à petit, l’actionnaire de contrôle.

Dans le second cas, une coopérative peut se porter acquéreuse des actions ou des actifs d’une entreprise et poursuivre les activités commerciales de cette dernière. Il y a plusieurs formes de coopératives possibles : de travailleurs, de consommateurs, de producteurs, de solidarité. Plusieurs professionnels peuvent vous accompagner dans votre réflexion et dans la compréhension de la formule coopérative.

Un partenaire comme Desjardins Capital offre des solutions financières adaptées aux coopératives et qui s’intègrent bien à ce type de montage financier.

 

3. Opter pour la transparence

La transparence permet de contourner plusieurs difficultés surgissant lors du processus de transfert, la plus importante étant l’établissement de la valeur de vente de l’entreprise. On arrive plus facilement à un accord sur la valeur lorsqu’elle est évaluée de façon transparente et indépendante par un tiers approuvé par l’Autorité des marchés financiers. Le rôle de ce tiers est aussi de dédramatiser certaines situations en les abordant ouvertement. Quand il est question de l’avenir des employés, par exemple, il peut mettre son expérience à profit et présenter des exemples positifs et concrets pour rassurer toutes les parties.

 

4. Garder la maîtrise de l’entreprise

Souvent, les cédants ne peuvent pas faire partie du processus de vente en raison de la structure de financement des acheteurs. Les fonds privés, par exemple, prennent habituellement en charge la direction pour assurer le succès de la transaction. Or, nous savons d’expérience que les entrepreneurs qui ont une grande incidence sur le développement des affaires de leur entreprise participent de façon positive à une passation des pouvoirs harmonieuse. De plus, en choisissant un partenaire financier plus collaboratif, les cédants s’assurent que leur équipe de direction reste à la barre de l’entreprise, tout en bénéficiant d’un encadrement structuré.

 

5. Bénéficier d’un point de vue extérieur

Lorsqu’il est question d’un transfert à la famille, certaines décisions peuvent être difficiles à prendre en raison du lien affectif qui unit certains membres de l’équipe de direction. Or, le fait de pouvoir compter sur un partenaire externe peut grandement faciliter les choses. En effet, celui-ci sera en mesure de poser les questions difficiles et de désamorcer certaines situations plus efficacement et sans parti pris, ce qui accélérera grandement le processus et évitera les conflits.

Peu importe la situation, les transferts d’entreprise sont des processus complexes qui requièrent une bonne planification. Les entrepreneurs devraient donc prévoir une période de préparation d’au moins cinq ans avant d’envisager de conclure une transaction.

(Source : www.desjardinscapital.com/fr/en-savoir-plus/5-conseils-pour-préparer-le-transfert-de-son-entreprise)

La rédaction

edition@lacoop.coop