Projet majeur : quels sont vos objectifs réels?

par Patrick Dupuis

Crédit photo : AQINAC

Lors du Rendez-vous laitier de l’AQINAC, le 28 mars dernier, l’agronome Charles Gauvin, de Financement agricole Canada, a relaté les principales étapes de planification dont on doit tenir compte lorsqu’on souhaite démarrer un projet majeur dans son entreprise.

« D’abord, a-t-il lancé d’entrée de jeu, il faut savoir précisément pour quelle raison vous souhaitez mettre en œuvre ce projet, qu’il s’agisse d’un agrandissement, d’automatisation ou d’embauche de personnel. Quelle est votre vision? Qu’aimez-vous ou n’aimez pas dans votre entreprise? Le projet en améliorera-t-il l’efficacité? La toile que vous êtes sur le point de peindre est-elle à votre image? »

Ces quelques questions permettront de mettre la table. Ensuite, dit-il, il importe d’en parler le plus tôt possible à votre banquier. Il insiste d’ailleurs sur la nécessité de bien s’entourer en consultant des spécialistes dans tous les domaines reliés à votre projet.

Il y a des éléments clés à ne pas négliger et que vous pouvez contrôler : élaborer un budget, vérifier votre capacité de remboursement et évaluer la charge de travail qui sera nécessaire pour gérer le projet.

Prenez garde, dans vos prévisions budgétaires, aux éléments incontrôlables, tels que les taux d’intérêt et les prix du marché. Gare aussi aux « tant qu’à y être », aux oublis et aux dépassements de coûts, fréquents notamment dans les travaux d’excavation et pour l’usage de l’électricité.

La transition, ça se planifie également, dit-il. Prévoir les pertes liées au démarrage du projet ainsi que, dans le cas d’une ferme laitière, par exemple, l’achat de quota et de vaches, de même que l’intégration de la relève.

Méfiez-vous des fausses croyances : « Je vais bâtir pour moins cher, je ferai tout moi-même ». En aurez-vous vraiment le temps? « On n’a pas d’autres projets après celui-là! » « Les taux ne peuvent pas monter et le prix du lait va monter. » Ou encore « Impossible que ça coûte plus cher que prévu! »

En conclusion, Charles Gauvin appelle à la prudence en soulignant que l’endettement a une limite : votre capacité de remboursement! « Soyez conscient de la vôtre, trouvez votre zone de confort, vous ne serez jamais trop préparé », a-t-il indiqué en précisant que le financement peut créer des empires… ou des faillites…

Portrait de Patrick Dupuis

QUI EST PATRICK DUPUIS
Patrick est rédacteur en chef adjoint au magazine Coopérateur. Agronome diplômé de l’Université McGill, il possède également une formation en publicité et en développement durable. Il travaille au Coopérateur depuis plus de vingt ans.

patrick.dupuis@lacoop.coop

0 Commentaires