Pas question de démanteler l'érablière!

par CRÉA Bas-Saint-Laurent

Pour Jean-Yves Richard, propriétaire de Ferme Riquart inc., de Saint-Cyprien de Rivière-du-Loup, le démantèlement d’une érablière de 24 000 entailles, certifiée bio, n’est pas une solution. Un neveu s’est montré intéressé à reprendre l’entreprise. L’intégration à titre d’actionnaire à 50 % se fait en 2015. 

Dans les années 2000, sans relève familiale, Jean-Yves passe une annonce dans un journal agricole pour trouver une relève à sa ferme laitière certifiée bio. Il reçoit 34 réponses. Malheureusement, bien qu’il soit passé tout près de trouver un successeur, il se résout à regret à liquider ses actifs : trois voisins achètent chacun un lot. « Ce n’était pas la relève que j’avais souhaité au départ, mais la terre continue d’être cultivée. » En vendant la production laitière, Jean-Yves agrandit l’érablière et la modernise. Il garde en tête qu’« une entreprise, tu l’exploites pendant un certain temps et après tu la passes à la relève ».

L’idée de reprendre l’érablière germe dans la tête de son neveu, Ghislain Dion, en donnant un coup de main à Jean-Yves dans le temps des sucres. « De voir comment mon oncle travaille, comment l’entreprise est gérée, c’est important. » Pendant ce temps, il conserve son emploi dans une clinique vétérinaire.

De son côté, Jean-Yves voit une relève compétente en Ghislain, détenteur d’un DEC en santé animale et riche d’une expérience auprès du public et en gestion de personnel. « Depuis que je sais que Ghislain est la relève, on échange plus sur les projets et l’embauche d’employés. C’est l’fun. »

« Suite au diagnostic de l’entreprise et à l’évaluation des actifs par Jean-Luc Masson, agronome en gestion, nous sommes rendus à l’analyse fiscale et à l’évaluation de mes besoins de retraite avec Desjardins », souligne Jean-Yves. Il est entendu que la fiscalité, c’est important et ça se règle facilement. La communication, c’est encore plus important : « Mon approche avec le CRÉA m’a permis de préciser bien des points. J’ai des outils qui me sont utiles, même avec les employés. »

« Je ne quitte pas mon emploi, je reprends l’érablière », lance pour sa part Ghislain voulant signifier qu’il aimait son emploi, mais l’érablière était un choix de vie. En 2015, le jeune intègre l’entreprise à temps plein. Une période de cogestion, entre 5 et 10 ans, est prévue. Le temps pour l’un de prendre des responsabilités et pour l’autre d’assumer sa plus grande liberté! C’est un changement pour Ghislain, sa conjointe et ses deux enfants : un déménagement, une autre école, une nouvelle garderie. Bien qu’un peu stressant, l’accueil est très positif.

Jean-Yves est fier d’avoir réussi à bâtir une entreprise efficace (4 livres de sirop par entaille), peu endettée et diversifiée. « C’est important pour la relève que ça arrive financièrement. » Ses produits sont exportés au Japon et en Europe. Jean-Yves : « Préparer ma retraite, c’est me préparer graduellement une vie différente. Ça va faire 40 ans l’an prochain que j’ai repris la ferme. C’est toute une vie… » 

1 ATMAN est un test de personnalité. Il permet de mieux se connaître, mieux connaître ses associés ou découvrir ses talents naturels. Ce test vous donne des pistes de solutions pour améliorer vos relations avec les autres.

Portrait de CRÉA Bas-Saint-Laurent

Mission des CRÉA : Accompagner et conseiller les entreprises agricoles dans leur processus de transfert et dans toute autre étape stratégique liée au développement et à la pérennité de leur entreprise.

Antonine Rodrigue, directrice et conseillère accréditée en transfert
creabsl.antonine@upa.qc.ca

Julie Pelletier, conseillère accréditée en transfert
creabs.julie@upa.qc.ca

0 Commentaires