Réforme du soutien agricole en Chine : impacts à prévoir

par Affaires économiques

Crédit photo : South China Morning Post

La Chine pourrait, à court terme, passer d’importateur à exportateur de maïs.

Le gouvernement chinois a récemment annoncé une réforme majeure dans sa politique de soutien agricole.

En effet, la Chine envisage d'abandonner son programme de stockage de maïs afin de permettre au marché de réguler les prix domestiques.

À travers cette décision, le gouvernement chinois souhaite encourager les entreprises à acheter les céréales auprès des agriculteurs locaux. Cette réforme affectera de façon substantielle les volumes d’importations de grains dans le pays.

Ceci pourrait avoir un impact significatif sur les prix des grains, avec une augmentation importante de l’offre sur le marché.

Selon la Shanghai JC Intelligence Co., « le gouvernement est susceptible de vendre plus de 40 millions de tonnes de stocks de maïs cette année, peut-être à partir du mois prochain, avec des prix potentiellement inférieurs au prix du marché. »  Cette réforme de la politique du soutien agricole en Chine, axée sur le marché, marque la plus grande réforme dans le secteur des grains en Chine depuis une décennie.

Ce programme, conçu initialement  pour soutenir la main-d'œuvre rurale énorme, consistait à garantir un prix minimum aux producteurs de grains. Les prix du maïs étaient donc maintenus par le gouvernement autour de 30 à 50 pour cent au-dessus des marchés mondiaux.

Cependant, ce programme a impliqué une baisse de la compétitivité des producteurs de grains locaux et en conséquence, a stimulé  les importations  de maïs et de substituts de maïs à prix avantageux. Par exemple, la demande de sorgho en Chine a grimpé de  631 000 tonnes en 2012-13, à un pic de 10,16 millions de tonnes en 2014-15.

Aussi, après des années de constitution de stocks conjuguée à l'affaiblissement de la demande intérieure, le gouvernement est actuellement aux prises avec des niveaux de stocks record : environ 115 millions de tonnes de maïs dans ses réserves en 2015, soit plus de la moitié du total des stocks de maïs du monde.

                           

0 Commentaires