Notre force de cohésion

par Ghislain Gervais - président

Le conseil d’administration a entrepris, au cours de la dernière année, un exercice de réflexion stratégique afin de définir le modèle de « La Coop fédérée de demain ». La planification a porté sur de grandes orientations, telles que la stratégie de croissance, la gouvernance, le modèle financier, les ristournes, les talents et l’image de marque. Je me concentrerai, dans cet éditorial, sur la gouvernance, mais également sur le membrariat. Notre force de cohésion y est en bonne partie rattachée. Cette force, c’est vous. C’est nous tous!

Notre modèle d’affaires est un modèle d’avenir, de plus en plus cité en exemple pour sa résilience, sa longévité et sa capacité à créer de la richesse. L’exercice financier 2018 de La Coop fédérée, dont les résultats ont été annoncés en assemblée générale le 28 février dernier, en a fait la preuve encore une fois. Les excédents générés par nos trois divisions (Division agricole, BMR et Olymel) nous permettent d’envisager l’avenir avec confiance.

L’assemblée générale a aussi été l’occasion de se pencher sur les modèles et mécanismes de gouvernance à mettre en place pour assurer la pérennité de La Coop fédérée et de son réseau ainsi que la fidélisation des membres, et pour limiter les risques de démutualisation. Des mesures concrètes ont été prises en ce sens, adoptées par la majorité en assemblée.

Je crois d’ailleurs qu’elles contribueront à assurer une mobilisation optimale du réseau, afin que se maintienne une réalité coopérative encore plus forte et plus globale.

Notre gouvernance renouvelée passe également par la transformation de notre réseau, transformation dont vous n’ignorez plus la mise en œuvre. Le projet Vision 2020 – qui a pour objectif de regrouper nos coopératives en des entités fortes, régionales, associées plus étroitement à La Coop fédérée dans des partenariats branchés sur la réalité et les besoins des entreprises agricoles – va bon train. Ces partenariats régionaux se traduiront par plus de prospérité pour les familles agricoles.

C’est avec vos besoins en tête que nous mettons en œuvre notre croissance. Une croissance qui passe par des acquisitions et des partenariats stratégiques partout au Canada.

Cette expansion ne se fait toutefois pas au détriment de nos valeurs coopératives. Celles-ci doivent être réévaluées dans le cadre de ces nouveaux partenariats. Comment favoriser l’accueil de nouveaux membres, notamment hors Québec, là où a lieu une bonne part de notre croissance? Les valeurs coopératives demeurent à la base de chacune de nos actions. Nous sommes à votre écoute.

Le producteur de demain sera le pilier de l’accroissement de notre membrariat. Que veulent les jeunes producteurs? Davantage de conseils en gestion, de l’expertise en affaires, de l’aide à la prise de décisions; ils désirent aussi faire affaire avec une entreprise à la fine pointe de la technologie et communiquer de façon numérique. Pour chacun de ces éléments, nous sommes au rendez-vous.

Notre modèle d’affaires répond également à un élément encore plus fondamental. Nous sommes un acteur de prospérité régionale, nous contribuons au développement et à la vigueur économiques des territoires. Cette particularité unique est hautement estimée par nos sociétaires, qui souhaitent avant tout prospérer dans leur région.

Sommes-nous prêts à accompagner le producteur de demain? Je réponds oui, sans hésitation. Il faut toutefois nous transformer, car le producteur le fait. Et sans cesse développer nos avantages concurrentiels. Nous sommes sur la bonne voie.

Je crois que la jeune génération est une clientèle ouverte à notre nature profonde, à notre force de cohésion. J’ai confiance en elle.

En terminant, et dans un autre ordre d’idées, je tiens à féliciter la nouvelle ministre d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, la Québécoise Marie-Claude Bibeau, première femme à occuper ce poste. C’est avec grand plaisir que nous lui assurons notre entière collaboration dans les dossiers qui nous concernent.

Bon printemps!

0 Commentaires