En route pour 2016

par Denis Richard - Président

Lire tous les « Entre Nous »

Ce ne sont certainement pas la motoneige ni les autres sports d’hiver qui vous ont tenu occupé durant le temps des Fêtes.

Si loin que remontent mes souvenirs, je ne me rappelle pas un Noël aussi vert.

Cela ne nous a pas empêchés de réunir famille et amis pour marquer le temps qui passe et célébrer la nouvelle année avec ceux qu’on aime. Ces moments de répit sont souvent pour moi l’occasion de réfléchir à l’année qui vient de se terminer et à celle qui débute.

Vous me direz qu’il était temps que j’« arrive en ville », mais ce qui m’a frappé cette année, c’est à quel point les téléphones intelligents et les tablettes électroniques font aujourd’hui partie de notre quotidien. Nous avons maintenant un nouvel univers au bout des doigts, et ces appareils bouleverseront nos vies.

Le grand naturaliste Charles Darwin a démontré que « les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements ».

Bien humblement, dans le contexte des années 2000 et des changements climatiques, j’ajouterais à cette citation que les espèces qui survivront dans les années à venir seront aussi celles qui s’adapteront rapidement aux changements.

Cela est aussi vrai pour nos entreprises. Aujourd’hui, le contexte d’affaires dans lequel nous travaillons change à une vitesse sans précédent. Des études ont démontré que dans les années 1930 (lorsque La Coop fédérée avait huit ans), la durée de vie des sociétés inscrites à l’indice boursier Standard & Poor’s était de 75 ans. Depuis le début des années 2000, elle est de… 15 ans.

La capacité à s’adapter rapidement et à innover dans ses façons de faire n’est donc pas un choix, mais une nécessité. On a vu des géants – dotés de bonnes parts de marché, d’équipes de gestion aguerries et d’une masse critique imposante – disparaître en quelques années, parce qu’ils ont sous-estimé l’intérêt des consommateurs pour une nouvelle technologie.

Le cas de Kodak est à cet égard éloquent, puisque après avoir régné pendant près d’un siècle sur le marché de la photographie, cette entreprise s’est fait déclasser (au point de disparaître) par la photo numérique, qui est maintenant incorporée dans nos téléphones et tablettes.

Quand on met en perspective l’évolution de l’homme et des moyens de communication, on se rend compte que cette évolution, quasiment nulle durant ses premiers millions d’années, s’est accélérée avec le développement des outils de communication, tels les alphabets, le papyrus, l’imprimerie, la télégraphie et, maintenant, la révolution numérique.

Aujourd’hui, le volume d’informations et de connaissances que les habitants de notre planète échangent et partagent en une seule journée est plus important qu’il ne l’a été au cours des trois millions d’années précédentes.

Ce partage de connaissances et d’informations modifie déjà les habitudes de consommation de nombreuses personnes, et il n’est pas sans conséquence pour les entreprises qui souhaitent les servir.

À l’heure où la consolidation des coopératives agricoles bat son plein et où les dirigeants de vos coopératives sont engagés dans une vaste réflexion sur les modèles d’affaires du réseau La Coop, il est bon de se rappeler que gagner en masse critique, afin d’être plus compétitif et de soutenir les infrastructures nécessaires à l’approvisionnement des fermes d’aujourd’hui, est certainement positif. Mais à la condition de ne pas perdre de vue que l’agilité opérationnelle et la cohérence des actions de l’ensemble des acteurs du réseau La Coop sont tout aussi importantes, sinon plus, pour assurer la pérennité de notre raison d’être, qui est de vous aider à créer de la valeur dans vos entreprises en vous offrant des produits et des services de qualité.

Sur ce, je vous laisse à vos réflexions et à vos travaux.

Lire tous les « Entre Nous »

Portrait de Denis Richard - Président

QUI EST DENIS RICHARD
Siégeant au conseil d'administration de La Coop fédérée depuis 1993, Denis Richard y assume la présidence depuis février 2003. Producteur agricole depuis 1979, M. Richard exploite une entreprise à Leclercville comptant 400 hectares de terre et dédiée exclusivement à la céréaliculture.

denis.richard@lacoop.coop

0 Commentaires