Lait: un secteur toujours sous pression

par Affaires économiques

Rabobank révèle, dans son dernier rapport sur le secteur laitier, que la production mondiale de lait se resserre rapidement et les prix se redressent. Toutefois, cette hausse des prix sera limitée par la faiblesse persistante de la demande mondiale et le niveau élevé des stocks.

Il faut le rappeler. Après la suppression des quotas laitiers en Europe en 2015, les prix du lait ont connu une baisse spectaculaire en raison de l’offre excédentaire qui s’en est suivie en plus du ralentissement de la demande mondiale.

Face à cette crise, l’Union européenne annonçait en mi-juillet un plan de subvention de 500 millions d'euros, dont une partie visait à encourager les producteurs de lait à réduire leur production.

Cette préoccupation était encore évidente au mois d’août alors que plusieurs milliers de producteurs laitiers français ont protesté, pendant plus d'une semaine, devant le siège social de Lactalis, la plus grande entreprise laitière au monde. Ils exigeaient des prix plus élevés pour leur lait.

D’ailleurs, face à la conjoncture difficile, l’État français a annoncé, en début octobre, un plan de soutien à son agriculture, ainsi qu’une initiative visant la régulation de la production laitière à hauteur de 7 millions d'euros pour les trois prochains mois (novembre, décembre, janvier).

Avec des stocks actuellement estimés à 6,7 millions de tonnes au-dessus des niveaux normaux, les stocks mondiaux continuent d'être une préoccupation, selon Rabobank. Le marché des produits laitiers demeure donc sous pression.

 

                           

0 Commentaires