Importations: gestion de l'offre sous pression

par Affaires économiques

Crédit photo : 123rf

Le système de gestion de l‘offre (GO) canadien continue de subir des pressions externes qui représentent des obstacles à son efficacité. En effet, alors que le contrôle des importations constitue un de ses piliers fondamentaux, la fraude et le contournement des règles à la frontière entraînent des pertes financières et d’emplois pour le secteur agricole canadien.

Lait diafiltré et poules de réforme

En plus du lait diafiltré, qui engendre des pertes économiques conséquentes pour les producteurs de lait du Québec, le dossier des importations frauduleuses de poules de réforme américaines constitue un autre enjeu fragilisant la GO. Selon les Producteurs de poulet du Canada, environ 40 % des importations de poules de réforme américaines sont en fait du poulet à griller. Les pertes économiques liées à l’importation illégale du poulet sous étiquetage frauduleux « Poules de reformes » représentent environ 10 % de la production canadienne de poulet, et l’équivalent de 2700 emplois perdus!


À lire aussi :
En 2017, le marché des viandes sous pression


ALENA et politiques protectionnistes aux États-Unis

Dans une lettre adressée au président élu Donald Trump, la semaine dernière, des industriels laitiers américains dénoncent les actions prises par l’industrie laitière canadienne afin de recourir aux ingrédients laitiers à prix compétitifs. Ainsi, ces derniers prétendent que le Canada bloque intentionnellement les importations d’ingrédients laitiers en provenance des États-Unis et, de ce fait, va à l’encontre de ses engagements commerciaux en vertu de l’ALENA et de l’OMC. Ils souhaitent donc l’appui du nouveau président sur ces enjeux qui font perdre des emplois et des millions de dollars au secteur laitier américain.

Considérant le scénario d’une réouverture de l’ALENA, après la prise de fonction du nouveau président américain, on s’attend à ce que ces pressions externes sur le système de gestion de l’offre canadien s’intensifient.


À lire aussi :
Élections É-U : impacts pour l'agriculture canadienne


L’efficacité de la gestion de l’offre est connue et devra être maintenue. Non seulement elle participe à la santé de l’économie du Québec, mais elle assure aux consommateurs québécois et canadiens une production locale de grande qualité. Elle assure également aux producteurs un revenu juste du marché, sans subvention gouvernementale. Toutefois, une accentuation du contrôle des importations à la frontière est nécessaire pour préserver son fonctionnement.

                           

0 Commentaires