Fertilisants: la consolidation se poursuit

par Affaires économiques

Crédit photo : Dreamstime

Le cycle bas des prix des produits agricoles continue de plomber les revenus des différents acteurs de la chaine d’approvisionnement agricole. Cette conjoncture stimule le mouvement de consolidation de l’industrie, et implique des risques pour les dépenses des producteurs en intrants agricoles.

Dans les fertilisants, les bas prix des engrais, la surproduction ainsi que la baisse de la demande dans certains marchés exercent des pressions sur la rentabilité. Selon de nombreux analystes, les récents résultats financiers non enviables de PotashCorp sont attribués à ces facteurs.

En effet, les revenus nets du leader mondial de la potasse au 4e trimestre 2016 ont chuté drastiquement comparativement à la même période en 2015. On parle d’une baisse de 71 %! De plus, son chiffre d’affaires a baissé de 29% pour s’établir à près de 4,4 milliards $ en 2016, comparativement à environ 6,3 milliards $ en 2015.


À lire aussi :
Croissance aux É.U.: positif pour le Canada


Afin d’optimiser les coûts et être plus concurrentielles dans ce contexte économique difficile, les entreprises du secteur se regroupent.

Selon Chuck Magro, PDG d’Agrium : « Les marchés sont très compétitifs en ce moment et la fusion est la seule façon de rivaliser. » Après l’annonce en 2016 de la fusion entre PotashCorp et Agrium, le géant américain Mosaic continue ses acquisitions en Amérique latine avec l’achat, en décembre 2016, des activités d’engrais de Vale, au Brésil. Une transaction de près de 2,5 milliards $.

Mosaic souhaite, en fait, améliorer son accès aux vastes marchés agricoles du Brésil, qui est un important producteur de maïs et de canne à sucre à forte intensité d’engrais et un grand importateur de nutriments tels que le phosphate. En plus des actifs phosphatés de Vale au Brésil, Mosaic compte acquérir la participation de Vale dans d’autres pays en Amérique latine, dont le Pérou et l’Argentine.


À lire aussi :
Tendances et prévisions pour 2017


Dans son étude portant sur les mégafusions et leur impact sur le secteur des intrants agricoles, Rabobank a prévu que ces pressions se poursuivront en 2017. Toutefois, l’institution financière recommande aux producteurs certaines actions afin de s’adapter à ce mouvement, dont l’adoption des pratiques agricoles de précision plus modernes et l’augmentation de la taille de l’entreprise afin d’avoir un meilleur pouvoir de négociation avec les fournisseurs qui se regroupent.

                           

0 Commentaires