Grains : pression sur les prix à prévoir

par Affaires économiques

Le Département d’agriculture américain (USDA) publiait, à la fin mars, ses prévisions d’ensemencement ainsi que des données sur les stocks trimestriels. Il en ressort principalement que pour la période de semis de 2017, la superficie ensemencée de soya devrait atteindre son niveau le plus élevé, malgré les stocks déjà abondants.

Ainsi, elle augmenterait d’environ 6 millions d’acres par rapport à la superficie de 2016. Un record! Quant au maïs, le rapport prévoit que les ensemencéments reculeront de 4,3 % en 2017.

Même tendance observée au Canada pour ces deux cultures. Selon Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), la superficie ensemencée de maïs devrait diminuer de 2 % en 2017, par rapport à celle de 2016, compte tenu notamment de la forte concurrence des autres choix de culture, dont le soya. Par contre, celle du soya devrait augmenter de 8 % par rapport à 2016.


À lire aussi :
La théorie du chaos


Perte pour le maïs au profit du soya?

Les stocks demeurent élevés et continuent de peser sur les prix. Dans ce contexte  agricole difficile, qui déstabilise les revenus des producteurs, les prix du soya sont plus avantageux.

En effet, les marchés agricoles sont soumis à la pression de grandes quantités stockées en réserve, prolongeant ainsi le cycle des prix bas des commodités agricoles. Selon le USDA, les stocks de soya ont augmenté de 13 % par rapport à l’an dernier, tandis que ceux du maïs ont cru de 10 % et ceux du blé, de 21 %.


À lire aussi :
Renégociation de l'ALENA: qui sera perdant?


Selon AAC, les prix mondiaux des céréales devraient subir une pression à la baisse compte tenu de l’offre abondante à l’échelle mondiale.

Cependant, au Canada, l’incidence sur les prix des céréales sera atténuée en partie par la faiblesse du dollar canadien.

0 Commentaires