Votre cheval est-il prêt pour l'été?

par Julie McDonald

La saison d’équitation arrive à grands pas et c’est le moment de réévaluer la ration de  vos chevaux. Que ce soit pour un cheval de randonnée ou de compétition, il est essentiel de retourner à la base et se poser les bonnes questions afin d’apporter des améliorations réelles à leur alimentation et d’atteindre nos objectifs de performance.

Première question à se poser : quelle est la condition actuelle du cheval? Avant d’apporter des modifications à la ration, il est absolument nécessaire d’évaluer sa condition générale. On commence par établir sa cote de chair en palpant les dépôts de gras sur certains points précis de son corps (voir Figure 1). Normalement, une cote de chair entre  5 et 6 sur une échelle de 9 est souhaitable pour commencer la saison estivale. On évalue également la qualité des sabots et du pelage qui nous indiquent si les besoins en protéines, vitamines et  minéraux sont comblés. Des sabots de piètre qualité ou un pelage d’hiver persistant au printemps sont parfois signe de carences nutritionnelles.

Deuxièmement, quel est votre but? Si, en plus d’augmenter le niveau d’exercice, le maintien ou une prise de poids est désiré, il faut accroître l’apport calorique de la ration. Ceci peut être fait de deux façons :

  1. en augmentant graduellement la quantité d’aliments (moulée et/ou foin) servis,
  2. en servant des aliments plus caloriques et plus digestibles.

Si, au contraire, une légère perte de poids est souhaitée, laissez la magie du cardio faire son œuvre en s’assurant que les besoins en protéines, vitamines et minéraux sont comblés.

Quels aliments doit-on servir à au cheval? Cela dépend des objectifs, des besoins particuliers du cheval, du type de fourrage servi et des préférences. Mais certaines règles d’or doivent être suivies.

  1. Les moulées doivent être utilisées dans le but premier de maintenir ou d’accroître la condition de chair tandis que les suppléments (Pro-Bloc Cheval, Fort-Eq, Tonix, etc.) doivent être utilisés pour compléter la ration et équilibrer les vitamines et minéraux.
  2. Pour les chevaux au tempérament plus excitable ou ceux présentant des problèmes métaboliques tels que la résistance à l’insuline et la fourbure, il est recommandé d’opter pour une moulée à faible indice glycémique tel que le Célébrité Lino-Force ou le Fibrix.
  3. Pour les chevaux à l’entraînement plus intense, une moulée contenant un  pourcentage élevé de gras tel que le Célébrité HP, le Versa ou l’Oléo 14 peut être intéressante pour combler les besoins énergétiques accrus et retarder la fatigue musculaire due à l’épuisement des réserves de glycogène.
  4. Il faut se souvenir de toujours équilibrer la ration avec le supplément approprié lorsque le cheval reçoit peu ou pas de moulée, d’augmenter graduellement la ration journalière (maximum d’une à deux tasses de plus par jour) et de séparer la moulée en plusieurs repas pour maintenir l’équilibre de la flore intestinale.
Portrait de Julie McDonald

QUI EST JULIE MCDONALD
Julie est diplômée en Sciences animales de l’Université McGill.  Membre de l’Ordre des agronomes du Québec, elle travaille dans le domaine de l’alimentation équine depuis plusieurs années où elle appuie les propriétaires de chevaux du Québec par ses connaissances et son expertise. Elle est experte-conseil en production équine à La Coop fédérée.

julie.mcdonald@lacoop.coop

0 Commentaires