Ventilation, prenez le contrôle!

par La rédaction

Crédit photo : AQINAC

André Roy,spécialiste en production laitière et coordonnateur des élevages spécialisés à La Coop fédérée, était conférencier, le 29 mars, au Rendez-vous laitier de l’AQINAC (Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière). Sa conférence portait sur la ventilation des bâtiments laitiers et les moyens à prendre pour en assurer la plus grande efficacité. En voici les grandes lignes.

Pourquoi ventiler? Pour deux choses, a expliqué le spécialiste. Pour remplacer l’air (enlever l’ammoniaque et autres contaminants, enlever l’humidité, fournir de l’air propre), et rafraîchir en été puis tempérer en hiver.

En effet, l’air frais qui entre dans un bâtiment se mélange avec l’air ambiant chargé de poussières et de pathogènes, d’humidité et de chaleur. L’air qui en ressort est donc légèrement vicié.

Pour bien maîtriser la ventilation de ses bâtiments, il faut savoir utiliser tous les outils mis à sa disposition. Les sujets d’un troupeau n’ont pas tous les mêmes besoins. C’est pourquoi il importe de respecter les volumes de renouvellement d’air (CFM) requis selon le stade de croissance et le poids des animaux, a fait savoir l’agronome.


À lire aussi :
Ventilation: une pouponnière fermée qui fonctionne


Bien sûr, il faut aussi respecter le nombre d’animaux que chaque espace du bâtiment peut loger.

Les sondes doivent être bien localisées dans le bâtiment, bien installées et propres pour assurer une bonne lecture des conditions ambiantes. Des ventilateurs en quantité suffisante, qui répondent adéquatement aux différents paliers nécessaires, doivent aussi être propres pour en maximiser le rendement.

Il ne faut pas négliger non plus de mettre sur pied un programme de vérification et d’entretien des équipements, a-t-il conseillé.

Pour appuyer ses propos, le nutritionniste a présenté des vidéos dans lesquelles les mouvements d’air dans les différentes zones des bâtiments étaient évalués à l’aide d’une machine produisant de la fumée que l’on avait introduite dans le système de ventilation.

On y voyait, grâce au déplacement de la fumée, qu’un système de ventilation mal ajusté, même en fonctionnant selon les différents paliers requis, peut être totalement inefficace. L’ajustement des entrées d’air, a démontré le spécialiste, joue un rôle clé dans le déplacement et le renouvellement efficace de l’air.


À lire aussi :
La fétuque élevée dans les rations pour vaches laitières


Enfin, André Roy a beaucoup insisté sur l’importance de maîtriser le fonctionnement et la programmation du module de contrôle de la ventilation. Il importe d’effectuer des ajustements non seulement selon les saisons, mais aussi selon les sautes d’humeur de Dame Nature.

La présentation d’André Roy a été réalisée en collaboration avec David Blanchette (Ventech), Yvan Blanchette (Secco International) et Patrick Guillemette (IEL technologies agricoles).

Vous pouvez lire l’article d’André Roy sur la ventilation des pouponnières dans le Coopérateur de novembre-décembre 2016

Portrait de La rédaction

0 Commentaires