Veaux : attention au froid

par André Roy

La température minimale à partir de laquelle un veau âgé de moins de 3 semaines ne dépense pas d’énergie supplémentaire pour maintenir sa température corporelle (thermoneutralité) est de 13 °C. Le thermomètre étant descendu sous ce seuil, il est important de prendre les mesures qui s'imposent.

Un veau naît avec 3 % de dépôt de gras, dont la moitié est du tissu adipeux brun (TAB), une réserve importante car rapidement métabolisable.

Idéalement, un veau né sans problème (sans dystocie ou autres) sera séché rapidement par sa mère et aura accès à du gras colostral dans ses deux premières heures de vie. Sa réserve ne sera pas utilisée et servira, au besoin, à combattre un léger froid ou une maladie dans ses trois premières semaines de vie. 

Cependant, si le veau naît avec difficulté et n’est pas séché rapidement, le TAB sera épuisé en moins de 18 heures, même à une température extérieure au-dessus de 13 °C. Si l’on ajoute un stress de température (vent, humidité), la réserve s’épuisera encore plus rapidement.

Comme les besoins en énergie d’entretien augmentent à mesure que la température environnante descend, il faut adapter la régie du veau. Il faut minimalement s’assurer de combler les besoins de base, mais aussi permettre au veau de doubler son poids en 60 jours. De préférence, l’alimentation est ajustée afin d’obtenir les mêmes gains de poids en hiver qu’en été.

Une règle générale veut que pour chaque degré au-dessous de zéro, le veau a besoin de 1,8 % d’énergie supplémentaire, qui est facilement fournie par l’alimentation lactée.

Les stratégies à favoriser

Voici les stratégies à favoriser pour combler les besoins de base, optimiser le gain de poids pré-sevrage et également s’assurer que la santé du veau ne sera pas affectée négativement par un manque d’énergie dans sa ration :

  • Servir de 3 à 4 litres de colostrum dans les 2 à 6 premières heures de vie
    • Éviter d’épuiser la réserve de TAB, car les pores qui permettent l’absorption des anticorps se refermeront.
  • Éviter les courants d’air et s’assurer d’une litière sèche. Utiliser beaucoup de paille dans les huches.
    • Pourra permettre à une huche d’être jusqu’à 8 °C plus chaude que la température extérieure.
  • Diminuer la perte de chaleur ou offrir de la chaleur supplémentaire
    • Utiliser des couvertures pendant un mois à une température entre 5 et 10 °C, et deux mois au-dessous de 5 °C.
    • Les lampes chauffantes (ampoule rouge) fonctionnent bien à l’intérieur (attention aux accidents pouvant briser l’ampoule).
  • Augmenter la quantité d’énergie offerte : plus de matière sèche
    • À l’intérieur, autour de 5 °C : offrir environ 1 litre supplémentaire de lactoremplaceur, soit 0,5 litre par repas.
    • À l’extérieur, entre -5 et -15 °C, offrir respectivement 1,6 et 2,25 litres de plus par jour.
  • Offrir un aliment de départ appétent
    • Les veaux de plus de 4 semaines qui ont accès à un aliment qui ne gèle pas augmenteront leur consommation. Ajouter quotidiennement de la nourriture fraîche.
  • Offrir de l’eau tiède (15 à 20 °C) deux fois par jour
    • En particulier pour les huches, et ce, même si l’eau risque de geler.
    • S’équiper de deux chaudières par veau afin d’en laisser dégeler une pendant que l’autre est dehors.

La meilleure façon de s’assurer que tous les moyens nécessaires ont été pris consiste à mesurer les génisses régulièrement (ou les peser) afin d’évaluer si le gain de poids permettra de doubler le poids à la naissance à l’intérieur des 60 premiers jours.

Portrait de André Roy

QUI EST ANDRÉ ROY
Détenteur d'une maîtrise en nutrition animale de l'Université Laval et membre de l'Ordre des agronomes du Québec, André est nutritionniste en production laitière à La Coop fédérée.

1 Commentaires