Relève féminine à la ferme Augure

par La rédaction

René Auger représente la 5e génération à s’établir dans la ferme familiale de Leclercville qu’il a achetée de son père en 1990. Deux ans plus tard, il formait une compagnie avec son épouse, Lucie Touchette.

René et Lucie ont trois filles, Anne-Marie 23 ans, Patricia 21 et Lydia 19, toutes passionnées d’agriculture et formées à l'ITA de La Pocatière. Anne-Marie a un DEC et un certificat universitaire en productions animales. Patricia, un DEC en gestion et exploitation d’entreprise agricole, et Lydia qui en est à sa 3e année à l’ITA en productions animales, veut poursuivre ses études à l'université l'an prochain. La relève à la ferme Augure est donc assurément féminine.

Évolution

En 1986, l’étable qui était sur place depuis des générations a été détruite par un incendie. Les Auger-Touchette l’ont reconstruite en un mois grâce aux corvées, alors très communes.

La construction avait été réalisée selon une vision moderne pour cette génération. Depuis, on a construit deux silos, une fosse, une écurie et une maison. À ce jour, l’entreprise cultive 138 ha (342 acres) en maïs, soya, céréales et foin pour l’alimentation du troupeau et la vente de grains.

Leur troupeau de 44 vaches compte 4 EX, 24 TB et 16 BP. La famille possède un quota de 43 kilos, mais vise 50 kilos une fois leur relève établie. Patricia aimerait reprendre la relève de la ferme avec son copain, lui aussi issu d’une famille d’agriculteurs.


À lire aussi :
Ferme Côté & Desmeules : Jeunes, beaux... et bio!


À chacun ses tâches

Au quotidien, René, Lucie et Patricia se divisent les tâches selon les forces de chacun. Les filles s’occupent de la traite. C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi leurs vaches produisent un lait d’une très haute qualité, estime René. Ils sont finalistes depuis plusieurs années pour la qualité du lait au Québec, et ont obtenu des certificats de très grandes distinctions.

René est responsable des champs et de la régie du troupeau. Quant à Lucie, outre la traite, ses tâches sont la comptabilité, l'ensilage et le pressage du foin. Patricia travaille dans la ferme familiale, mais également dans une ferme voisine. Lydia est toujours présente pour aider la fin de semaine. René et Lucie s’estiment très chanceux, car leurs filles ont toujours aidé de leur plein gré depuis qu’elles sont très jeunes. 

Le couple est également passionné d’acériculture, en témoigne leur érablière de 3000 entailles récemment modernisée.

Férue de génétique, Patricia met beaucoup de temps à préparer des sujets pour les différentes expositions agricoles auxquelles elle participe depuis plusieurs années. L’entreprise a mérité plusieurs prix régionaux et provinciaux, et quelques-unes de leurs meilleures têtes ont laissé leurs traces à la Royale de Toronto.


À lire aussi :
Saison des sucres : le passé n'est pas garant de l'avenir


Engagement

L’entreprise est membre de La Coop Parisville. Les propriétaires en apprécient le service et la proximité. René est vice-président de la CUMA de Leclercville depuis sa fondation. Il s’est également impliqué dans le Club Holstein de Lotbinière et dans la Société d'agriculture de Lotbinière.

Lucie a participé à plusieurs comités scolaires lorsque leurs filles étaient à l’école. Patricia siège au comité du Club Holstein de Lotbinière et s’est beaucoup engagée dans l’organisation des jeunes ruraux.

Outre l’agriculture, la famille s’adonne à des passe-temps. René joue au hockey, et Patricia et Lydia, au Dek hockey. Cette dernière est également trésorière du comité étudiant de L'ITA. Anne-Marie a été directrice du Club Holstein.

Depuis que Patricia est davantage à la ferme, le couple s’offre quelques jours de vacances… Pour René et Lucie, le succès de leur entreprise repose sur le travail assidu et bien fait d’une équipe entièrement dévouée.

(Source : La Coop Parisville)

Portrait de La rédaction

0 Commentaires