Les engrais transplanteurs

par Christine Bourbonnais

Le printemps fait enfin son entrée, les serres sont allumées, les transplants poussent et les champs se réchauffent tranquillement. Vivement le soleil qui fait verdir nos cultures. La saison se prépare, et quand le départ des plants en serres est performant, l’espoir d’une bonne saison nous habite. Avec raison.

Quand les plants sont déplacés d’un environnement protégé vers le champ, un arrêt de croissance tout à fait normal se produit, et se traduit le plus souvent par une perturbation du système racinaire. De plus, les nuits printanières sont habituellement fraîches et le sol est froid. Cette combinaison de facteurs rend la plante moins habile à capter les nutriments du sol, d’autant plus que certains d’entre eux ne sont pas assimilables dans des sols froids (moins de 18 °C). Le phosphore est le nutriment associé au développement racinaire : il devrait donc être privilégié pour la reprise des plants une fois ceux-ci transplantés.

Choisir le bon engrais transplanteur

Bien utilisés, les divers engrais transplanteurs permettent de favoriser la reprise des plants et d’ainsi atténuer le choc de transplantation. Il est toutefois nécessaire de considérer certains facteurs lorsque vient le temps de choisir le bon transplanteur. On l’a dit : un apport en phosphore est essentiel aux jeunes plants et aide au développement de leur système racinaire, c’est justement le rôle des engrais transplanteurs. Par contre, ceux-ci peuvent causer plus de tort que de bien s’ils ne sont pas utilisés adéquatement. En effet, il n’est pas rare qu’à la suite d’une mauvaise utilisation on puisse observer des racines brûlées : elles deviennent alors brunes et ne possèdent plus de poils absorbants.

Ce ne sont pas les éléments nutritifs eux-mêmes qui causent les dommages aux racines, mais plutôt la salinité (la quantité de sel dissous dans l’eau) élevée de la solution fertilisante. Certains engrais ont un niveau de sel plus élevé et présentent un risque plus grand pour la culture. Par exemple, il faut éviter d’appliquer un engrais transplanteur si le sol est très sec, car l’eau sera absorbée très rapidement par ce dernier et les sels se retrouveront alors concentrés dans la zone racinaire. Il convient également essentiel de mentionner que lorsque les sols se sont réchauffés (plus de 27 °C), les engrais de type transplanteur sont beaucoup moins nécessaires.

Les produits les plus fréquemment utilisés

Le 10-52-10 est un fertilisant soluble bien connu et, surtout, très utilisé. Il y a aussi des transplanteurs liquides, comme le 7-28-4 de Folium3. (Visitez la page Web de Folium pour en apprendre davantage)

Il faut par contre savoir que le 10-52-10 possède un fort pouvoir acidifiant et que les doses suggérées varient énormément en fonction de la température du sol, du type de sol et de la culture. Les doses peuvent passer double au simple pour ainsi éviter les dommages causés aux racines et tirer profit de ces fertilisants. Le transplanteur 7-28-4 AIB Folium3 possède quant à lui une salinité faible et adaptée. Il contient également une hormone végétale de croissance, l’AIB (acide indole 3-butyrique). Celle-ci favorise la multiplication et l’élongation des cellules racinaires et elle est utilisée par les serriculteurs pour favoriser l’enracinement de leurs boutures.

La formulation Folium3 facilite grandement l’utilisation du transplanteur, puisque la dissolution n’est pas un facteur limitant dans ce cas-ci. Elle contient aussi des acides organiques qui favorisent l’absorption des éléments du sol. En somme, ce produit est très intéressant à utiliser lors de la transplantation ou peu de temps après, en fertigation. Même si le Folium3 est adapté et conçu pour travailler au niveau des racines, il est important de considérer les facteurs climatiques tels que la température de l’air et du sol et le contenu en d’eau du sol pour déterminer son utilisation.

Vous pouvez lire l'article complet dans l'édition imprimée du Coopérateur, édition de Mai-juin 2015.

Portrait de Christine Bourbonnais

QUI EST CHRISTINE BOURBONNAIS
Christine est gestionnaire de comptes à La Coop fédérée. Elle est membre de l'Ordre des technologues.

christine.bourbonnais@lacoop.coop

0 Commentaires