Espace à la trémie: évoluer avec l’animal

par Marquis Roy

Photo : L’espace offert par des trous de 14 pouces de largeur convient bien aux porcs lourds.

La dernière décennie a vu le poids d’abattage des porcs au Québec passer de 107 kg de poids vif, en 2004, à près de 132 kg en 2016. Les 25 kg de poids supplémentaire se traduisent entre autres par des épaules plus larges, ce qui détermine ultimement la largeur nécessaire pour un espace mangeoire.

Considérant un poids d’abattage de 130 à 135 kg vivant, un espace trémie devrait avoir 35,5 cm (14 pouces de largeur). La largeur du trou devient davantage critique lorsque la trémie possède plus de deux trous.

Alors que les porcs peuvent se faufiler en angle sur une trémie de deux places de 30 cm (12 pouces) chacune, une trémie à trois places de 30 centimètres deviendra forcément une trémie à deux places fonctionnelles avec l’accroissement de poids durant l’élevage.

À défaut de respecter la largeur de trémie qui correspond au poids d’abattage visé, différentes conséquences négatives peuvent être observées.

Lorsque la largeur des trous devient limitante, le temps total de la journée où la trémie est utilisée augmente, ce qui risque de créer de l’agitation dans les parcs et augmenter l’agressivité des porcs à la trémie.


À lire aussi :
Production porcine: la propreté des locaux conditionne les performances


L’augmentation de l’agitation à la trémie pourrait augmenter le gaspillage et, par conséquent, augmenter la conversion alimentaire. Finalement, le gain de poids pourrait diminuer si la restriction d’espace et l’agitation réduisent la consommation journalière. 

Si, en plus d’avoir une largeur d’espace trémie insuffisante, l’espace plancher par porc est insuffisant, chaque conséquence négative de l’espace trémie insuffisante sera amplifiée.

Utiliser des trémies de 35,5 cm entraîne un effet positif sur les jeunes en début d’engraissement. Ceux-ci pourront s’installer confortablement à la trémie à raison de deux porcs par trou pour certaines périodes. C’est un effet positif étant donné que plus les porcs sont petits, plus ils passent de temps dans une journée à la mangeoire.

Portrait de Marquis Roy

QUI EST MARQUIS ROY
Marquis Roy est diplômé en agronomie et membre de l'ordre des agronomes. Il est directeur technique en production porcine chez Olymel.

marquisroy@olymel.com

0 Commentaires