Ensilage de maïs 2015 : surveillez vos analyses et vos vaches!

par Annick Delaquis

Crédit photo : Lavieagricole.ca

L’ensilage de maïs peut être décrit comme un mélange de grains et de graminée. Il est encore plus important cette année de ne pas négliger cet aspect. Voyons pourquoi.

La saison 2015 a été excellente pour la croissance et la maturation du maïs et les rendements sont exceptionnels dans plusieurs régions du Québec. De la même façon, la teneur en grains de l’ensilage de maïs est plus élevée par rapport à l’automne 2014.

Le laboratoire d’analyse Dairy One a publié les résultats de plus de 500 échantillons reçus en septembre et près de 460 échantillons reçus en octobre pour la Pennsylvanie et l’État de New York. Comme en témoigne le tableau, l’ensilage 2015 contient plus d’amidon (donc de grains) et moins de fibre que l’an dernier. Pour l’État de New York en septembre, par exemple, la moyenne était de 4,7 % plus élevée. Si la moyenne a bougé de près de 5 %, on peut présumer que pour certaines entreprises, l’écart entre les deux récoltes était encore plus marqué.

Et au Québec?

C’est la même situation. En combinant les résultats obtenus sur les échantillons reçus au laboratoire (plus de 900) en septembre, octobre et novembre 2015 et en les comparant aux résultats de l’an dernier (près de 1000 échantillons pour la même période), on constate une augmentation de plus de 3 % des valeurs d’amidon. Tableau

Ceci étant dit, il s’agit d’une bonne nouvelle puisque l’on produit de l’ensilage de maïs exactement pour cela, soit avoir un bon rendement de fourrage combinant deux sources d’énergie : fibre et amidon.

Ajuster les rations

Comme les proportions de fibre et d’amidon varient d’une récolte à l’autre, il faut s’assurer d’en tenir compte quand on ajuste les rations. En effet, ajouter 8 kg MS d’ensilage de maïs 2015 à un taux d’amidon de 40 % apportera 0,8 kg d’amidon de plus (soit plus de 1 kg MS de maïs grain) que la même quantité en 2014 à un taux de 30 %. L’impact est important!

Dans les rations où la teneur en amidon n’était pas maximisée, cette nouvelle récolte devrait favoriser une meilleure production de lait et de protéine. Par contre, dans les rations déjà riches en glucides fermentescibles, le changement d’ensilage sans ajustement risque d’affecter négativement le pH du rumen, ce qui risque fort d’avoir un impact sur la production de gras.

Il est très important de porter attention à vos analyses d’ensilage de maïs tant du côté de l’amidon que de la fibre.

Attention à la fermentation

L’impact d’une plus grande teneur en grains s’amplifiera dans les mois à venir. L’amidon du grain à la récolte est lié ou enrobé d’une protéine (prolamine) qui rend l’amidon moins accessible aux microbes dans le rumen, donc il est moins rapidement fermenté.

Par contre, lors de la fermentation dans le silo, les microorganismes dégraderont cette protéine et libéreront l’amidon, le rendant plus facilement digestible dans le rumen. Cela signifie qu’au fil des mois, l’amidon de l’ensilage 2015 deviendra de plus en plus fermentescible et produira plus d’acide propionique dans le rumen. Cela explique pourquoi au printemps, on voit des signes d’acidose ou d’acidose subclinique, même si les vaches reçoivent la même ration depuis l’automne.

Cette année étant donné la teneur en grain des ensilages de maïs, il faudra être vigilant, suivre l’évolution du matériel dans le silo et ajuster les rations en conséquence.

Quels seront les indicateurs de changement sur vos analyses?

Dans les deux premiers mois suivant la récolte, vous verrez une augmentation, suivie d’une stabilisation de la teneur en acide lactique (si la compaction a été bien été effectuée), et aussi une augmentation puis une stabilisation de la teneur en azote ammoniacal suivis d’une augmentation plus graduelle de la valeur de digestibilité de l’amidon. Portez attention à ces changements. 


  
 

Portrait de Annick Delaquis

QUI EST ANNICK DELAQUIS
Agronome et détentrice d'un doctorat en alimentation animale, Annick est nutritionniste en production laitière à La Coop fédérée.

annick.delaquis@lacoop.coop

0 Commentaires