Des porcs payants

par Marquis Roy

Crédit photo : Étienne Gosselin

L’alimentation étant un poste de dépenses important dans le coût de production du porc, il est donc normal que le travail d’amélioration génétique soit davantage orienté à réduire la conversion alimentaire. Sogeporc a fait ses devoirs, et les résultats sont déjà visibles.

En effet, il y a bientôt 2 ans, Sogeporc faisait l’acquisition de nouvelles stations d’alimentation individuelles (photo) pour améliorer la conversion alimentaire au moment de la sélection de sujets de race pure.

Dès les premiers lots produits avec le nouvel équipement, on a vu apparaitre des données intéressantes. Sur la figure, chaque point correspond à la conversion alimentaire d’un animal. On voit bien l’étendue des conversions obtenues par les différents sujets. Elle varie entre 1,38 et 3,25.

Les plus efficaces sont au-dessous de 1,4 de conversion alimentaire. Ainsi, cette information permet de mieux identifier les sujets qui sont les plus efficaces par leur conversion réelle, et non plus par l’épaisseur de leur gras dorsal.

La droite sur la figure montre la relation qui existe entre le gras dorsal et la conversion alimentaire. Elle indique, de façon générale, que lorsque le gras diminue, la conversion s’améliore.

Par contre, si la seule information disponible est le gras dorsal, le choix d’un animal à 13 mm par rapport à un autre à 15 mm ne permet pas toujours de retenir le sujet le plus efficace. Les deux cercles rouges dans la figure l’illustrent bien. Le sujet qui serait retenu, parce qu’il est à 13 mm de gras dorsal, a obtenu une conversion de 2,6 alors que le sujet à 15 mm a obtenu une conversion de 1,8.

L’utilisation de cet équipement permet d’éviter ce genre d’erreur de sélection et d’améliorer plus rapidement la conversion alimentaire en élevage.

En quelques mois, l’amélioration des performances de conversion des Duroc Sogeporc en centre d’insémination a été de plus de 10 %. Fin 2014, un peu avant leur installation, la conversion moyenne du groupe de verrats était de 2,32. Elle est maintenant autour de 2,0.

En ce qui touche les porcs commerciaux, les résultats techniques montrent aussi une nette amélioration. Durant la même période, c‘est une réduction de 0,15 qui est enregistrée. Cela signifie 15 kg d’aliment en moins pour produire le même porc. C’est une bonne réduction du coût d’aliment qui atteint plus de 4,25 $ par porc. Les 25 % des lots les plus performants obtiennent une conversion alimentaire, de 30 à 130 kg, inférieure à 2,5, ce qui démontre bien le potentiel de la génétique.

Portrait de Marquis Roy

QUI EST MARQUIS ROY
Marquis Roy est diplômé en agronomie et membre de l'ordre des agronomes. Il est directeur technique en production porcine chez Olymel.

marquisroy@olymel.com

1 Commentaires

  1. Bravo, résultats impressionnants ! Toujours intéressant de voir concrètement l'effet génétique dans nos élevages commerciaux.