Déjouer les aléas du climat grâce aux biostimulants

par François Labrie

Les biostimulants permettent aux éléments fertilisants de demeurer disponibles pour les cultures, sans augmentation de votre charge de travail. Tout cela, dans le but d’apporter aux plantes la bonne dose de fertilisant, au bon moment, au bon endroit et avec la bonne source.

En début d'année, il peut sembler facile de produire du maïs et d’en optimiser le rendement. Après tout, il s’agit de sélectionner un hybride performant, de le semer tôt dans un sol chaud afin d’obtenir une levée uniforme et rapide ainsi qu’une floraison hâtive, suivie d’une période de remplissage pas trop chaude pour maximiser la grosseur des grains et l’accumulation de matière sèche. Au préalable, nous aurons planifié la stratégie de fertilisation en fonction des analyses de sols, de même qu’un programme de désherbage hâtif.

Tout cela est bien beau, mais une fois la saison de croissance arrivée, il se produit inévitablement des impondérables : séquences de températures froides ou chaudes, sécheresse, excès d’eau, sans compter la compaction et la variabilité de la texture et de la fertilité des sols.

Ces impondérables ralentissent la croissance des plantes et nuisent au prélèvement des éléments fertilisants par les racines. L’ajout d’un biostimulant aux fertilisants permet de contrer ces facteurs négatifs et d’en diminuer l’impact sur le rendement.

Dans le maïs, une implantation rapide est primordiale pour obtenir, tôt en saison, une fermeture des rangs et pour maximiser la photosynthèse. Cette période correspond aux mois de mai et de juin, lorsque le climat est encore instable et que la plante n’est pas encore dotée de racines robustes et développées. L’emploi d’un biostimulant à base de substances humiques avec le démarreur permet d’atteindre ces objectifs.

Les substances humiques améliorent localement la structure du sol. En agissant comme une éponge, elles favorisent une meilleure rétention de l’eau, de l’air et des éléments nutritifs. Elles gardent les cations en suspension, même dans de moins bonnes conditions de pH, et améliorent la disponibilité des éléments fertilisants.

Mode d’action des biostimulants

Les acides humiques et fulviques procurent une charge négative aux particules de sol et maintiennent les éléments fertilisants (chargés positivement pour la plupart) dans la zone racinaire, jusqu’à ce que la culture en ait besoin. Ces acides aident à prévenir la précipitation des phosphates, en neutralisant l’aluminium et le fer solubilisés à proximité des démarreurs et en protégeant le phosphore. Votre démarreur devient ainsi plus disponible pour votre culture. L’arrangement physique de leurs molécules (d’acides), en longues chaînes de carbone, a aussi un effet structurant sur le sol. Pour être performant, le produit appliqué doit être soluble afin de favoriser l’assimilation par les cultures, sinon il s’agit seulement d’un amendement du sol.

Deux produits vous sont proposés :

Kumax

Biostimulant granulaire à libération contrôlée pour utilisation en combinaison avec le démarreur granulaire

Utilisation :

  • Usage en bandes 2 x 2
  • Ajout au démarreur granulaire
  • Cultures : maïs, soya

Taux d’application : 12 à 16 kg/ha

Opsorba

Biostimulant liquide pour utilisation en combinaison avec le démarreur liquide Utilisation :

  • Usage en bandes 2 x 2, 2 x 0 et dans le sillon
  • Ajout au démarreur liquide
  • Cultures : maïs, soya

Taux d’application : 10 litres/ha

Ces résultats démontrent que l’emploi de Kumax ou d’Opsorba dans vos démarreurs à maïs offre la possibilité d’optimiser vos rendements.

Votre expert-conseil La Coop est tout désigné pour vous informer sur ces innovations rentables.

Des résultats prometteurs ont été obtenus au Québec, à la Ferme de recherche en productions végétales de La Coop fédérée

Essai de Kumax à la Ferme de recherche en 2016

Sites

Rendement
du témoin

(kg/ha)

Rendement avec 16 kg/ha
de Kumax

(kg/ha)

Augmentation de rendement
(kg/ha et $/ha nets)

Maïs, loam

13 050

13 439

+ 389 kg ou 17,91 $

Maïs, loam sableux

13 714

14 276

+ 572 kg ou 50,78 $

(Prix du maïs à 190 $/tm)

Essai de Kumax à la Ferme de recherche en 2017

Sites

Rendement
du témoin

(kg/ha)

Rendement avec 16 kg/ha
de Kumax

(kg/ha)

Augmentation de rendement
(kg/ha et $/ha nets)

Maïs, loam argileux

14 915

15 617

+ 702 kg ou 77,38 $

(Prix du maïs à 190 $/tm)

Essai d’Opsorba à la Ferme de recherche en 2017

Sites

Rendement
du témoin

(kg/ha)

Rendement avec 10 litres/ha d’Opsorba

(kg/ha)

Augmentation de rendement
(kg/ha et $/ha nets)

Maïs, loam sableux

17 120

17 438

+ 318 kg ou 30,42 $

(Prix du maïs à 190 $/tm)

 

Portrait de François Labrie

QUI EST FRANÇOIS LABRIE
Membre de l'Ordre des agronomes, François est conseiller agronomique à La Coop fédérée.

francois.labrie@lacoop.coop

2 Commentaires

  1. Bonjour, oui le Kumax est Écocert. Pour le Opsorba nous avons une version Écocert de ce produit liquide qui se nomme Cascade.