Défanage des pommes de terre : incontournable

par Stéphane Perreault

Points clés d’un défanage réussi, une étape simple, mais à ne pas négliger pour récolter des pommes de terre de qualité.

L’objectif premier du défanage (la destruction des « fanes », soit les tiges et les feuilles) est d’avoir une récolte de qualité. La destruction des fanes permet de détacher plus facilement les pommes de terre des stolons. Ensuite, quand les fanes se dessèchent, leur volume est réduit considérablement, ce qui facilite le travail de l’arracheuse. On diminue aussi le risque d’apparition de maladies en fin de saison. Enfin, on permet à la peau des tubercules de se solidifier. On obtient ainsi de belles pommes de terre à la récolte.

Habituellement, on procède au défanage deux à trois semaines avant la récolte. Une période plus courte ne permettra pas à la peau de se solidifier adéquatement. Pour défaner les pommes de terre, on peut employer le Reglone, un produit bien connu. Il s’agit d’un herbicide de contact, non systémique. Pour obtenir un défanage complet, il doit atteindre l’ensemble des feuilles et des tiges. Un bon volume d’eau favorisera l’entrée du produit dans le feuillage. Il est également possible de rouler le champ au préalable pour exposer l’intérieur du feuillage. Utilisez un équipement approprié pour ne pas défaire les buttes et exposer les tubercules. En outre, l’efficacité du Reglone semble améliorée lors de conditions nuageuses ou à la tombée de la nuit. Avec ce produit, on appliquera un dernier fongicide, afin de maintenir la protection contre les maladies jusqu’au dessèchement complet des plants.

La vitesse du défanage a elle aussi son importance. La mort des plants doit se faire de façon graduelle sur plusieurs jours. Par exemple, dans le cas du Reglone, il est préférable de traiter les champs deux fois à petite dose, en espaçant les doses de quatre à six jours, plutôt qu’une seule fois à grosse dose. On permet alors aux tubercules de compléter la conversion des sucres en amidon. Une plus grande quantité d’amidon permet d’accroître le poids spécifique et d’obtenir une belle couleur lors de la friture. Un défanage trop rapide, qu’il soit chimique (surdose de défanant) ou mécanique (hachage des plants), peut accroître le niveau de sucres et favoriser le brunissement du talon.

Lisez l'article complet dans la version imprimée du Coopérateur, édition juillet-août 2015.

Portrait de Stéphane Perreault

QUI EST STÉPHANE PERREAULT
Diplômé en agronomie, Stéphane est directeur, protection des cultures à La Coop fédérée

stephane.perreault@lacoop.coop
 

0 Commentaires