Compostage à haute vitesse

par Patrick Dupuis

Pour accroître leurs revenus et donner un coup de pouce à l’environnement tout en misant sur l’avenir de l’agriculture, des producteurs planchent sur le compostage. Rencontre avec des passionnés débordant d’énergie et de savoir-faire.

Voir la vidéo

Ils sont nombreux à ne pas le croire, mais la Ferme Aston utilise du fumier comme litière sous les vaches de son troupeau. L’astuce, c’est qu’elle le composte d’abord pour en faire une matière à peu près inodore et totalement exempte de bactéries pathogènes. À preuve, depuis que les propriétaires de la ferme l’utilisent, le comptage leucocytaire a baissé.

C’est lors d’un voyage en Colombie-Britannique, en 2011, chez un producteur qui élève 3000 vaches laitières, que Gilles Gauthier, copropriétaire de la Ferme Aston, voit l’installation qui allait résoudre le problème qui le fatiguait depuis un bon moment : comment réduire les coûts de la litière de copeaux de bois, qui s’élèvent, dans son entreprise, à près de 70 000 $ par année. L’exploitation de Saint-Léonard-d’Aston, avec ses 1400 têtes, dont 600 vaches, possède le deuxième troupeau en importance au Québec.

L’installation « miracle » est un biocomposteur cylindrique et rotatif de 9,75 m de long (32 pi), appelé Bedding Master. Cet appareil fonctionne en continu et permet de composter le fumier en seulement 24 à 48 heures. Il en sort un compost de haute qualité, à 70 % de matière sèche, à peu près inodore et totalement exempt de bactéries pathogènes.

Compost et confort

Environ 80 % du fumier produit à la ferme est composté, ce qui représente les déjections des 600 vaches du troupeau. On en tire la litière nécessaire pour ces mêmes 600 vaches et presque toute leur relève. C’est une matière spongieuse et confortable, qui a l’allure d’un terreau. Les vaches l’apprécient et s’y étendent allègrement, sans que cela leur cause de problèmes aux genoux.

L’investissement de 325 000 $  comprend le séparateur, le biocomposteur, le système informatique et le bâtiment.

Pour en savoir plus, consultez l’édition de septembre 2013 du Coopérateur.

Vidéo

Portrait de Patrick Dupuis

QUI EST PATRICK DUPUIS
Patrick est rédacteur en chef adjoint au magazine Coopérateur. Agronome diplômé de l’Université McGill, il possède également une formation en publicité et en développement durable. Il travaille au Coopérateur depuis plus de vingt ans.

patrick.dupuis@lacoop.coop

0 Commentaires