Choix de la trémie en engraissement

par Pierre Lessard

Ceux qui envisagent des rénovations de bâtiment ou encore de nouvelles constructions doivent considérer le choix de la trémie qui permettra un maximum d’efficacité économique.

Pour choisir adéquatement le type de trémie, il faut considérer les objectifs et capacités de son système de production. L’objectif est-il de maximiser le poids de sortie des porcs dans une durée d’élevage fixe ou restreinte? Ou encore de faire le plus grand nombre de rotations annuelles?

Dans ces deux cas, la trémie humide sera plus appropriée, avec un avantage de 3 à 5 % de gain de poids, soit 3 à 6 jours d’équivalent temps d’engraissement ou bien 2,5 à 5,5 kg de poids vif supplémentaire. Cet avantage vaut, peu importe la présentation de l’aliment.

Si le temps d’engraissement ou le poids à l’abattage n’est pas un facteur limitant, l’utilisation de la trémie sèche diminue le coût de production, avec un avantage potentiel de 3,5 % d’amélioration de la conversion ou près de 10 kg de moulée de moins par porc.

Cette amélioration est cependant conditionnelle à l’utilisation d’un cube de qualité, comportant un maximum de 10 à 15 % de poussière à la ferme. Pour atteindre ce standard et assurer la qualité du cube, les meuneries doivent parfois utiliser des ingrédients qui font croître le coût de l’aliment.Lorsque la qualité du cube est variable, la trémie humide offre par contre un rendement plus constant.

Lisez la version complète de l’article sur le choix des trémies dans l'édition imprimée ou virtuelle de septembre 2015 du Coopérateur

Portrait de Pierre Lessard

QUI EST PIERRE LESSARD
Pierre Lessard est agronome et nutritionniste en production porcine chez Olymel.

pierrelesssard@olymel.com 

0 Commentaires