Blé d'automne : survie après l'hiver

par Lyne Beaumont

Après un hiver plutôt rude et enneigé, une visite dans les champs de blé d’automne sera de mise afin d’évaluer le taux de survie et la stratégie de fertilisation.

Ne vous fiez pas à la couleur du feuillage, déterrez plusieurs plants.

Y a-t-il présence de pourriture sur la couronne et les racines? Y a-t-il de nouvelles racines en formation?

Si le blé a survécu, vous verrez des racines blanches sortir de la couronne.

Si la population est bonne, vous devriez obtenir un décompte d’au moins 12 à 15 plants par pied carré.

À moins de neuf plants, validez le nombre de talles : s’il est supérieur à 30 au pied carré, conservez le champ.

À moins de 30 talles, le rendement est fortement compromis. Prévoyez l’implantation d’une autre culture.

S’il y a quelques plaques mortes dans le champ, pas de panique. Si la superficie de ces plaques où le blé n’a pas survécu est inférieure au quart de la superficie totale du champ, le rendement sera satisfaisant.

Donc si 75 % du champ a bien survécu, le champ a le potentiel de produire un bon rendement.

De façon générale, on peut appliquer une fertilisation avec la moitié de l’azote appliqué au printemps rapidement disponible, et l’autre moitié fractionnée au stade premier nœud. Ou, encore mieux, la moitié de l’azote est appliquée au printemps sous forme protégée avec le FRN.

Si la population est faible et que le nombre de talles est, aussi, peu élevé, ne retardez pas pour appliquer votre fertilisation. Dès le verdissement, une application d’azote adéquate a le potentiel d’augmenter le rendement. Consultez votre expert-conseil pour la solution la mieux adaptée à votre situation.

Portrait de Lyne Beaumont

QUI EST LYNE BEAUMONT
Membre de l'Ordre des agronomes du Québec, Lyne est conseillère Semences Elite à La Coop fédérée.

lyne.beaumont@lacoop.coop

0 Commentaires