Analyse de fourrages : les acides gras insaturés sont mesurés

par Annick Delaquis

Crédit photo : Étienne Gosselin

En primeur à La Coop, vous pouvez maintenant obtenir, sur vos certificats d’analyse de fourrages, la mesure des acides gras insaturés. En effet, certains d’entre vous ont certainement remarqué des données sur les acides gras oléique 18:1, linoléique 18:2 et linolénique 18:3, ainsi que la somme de ces trois molécules appelées AGIR, le nouvel acronyme qui désigne les Acides Gras Insaturés au Rumen. 

Des acides gras insaturés, on en retrouve dans les fourrages, mais également dans les grains et les oléagineux.

Lorsque le pH du rumen est stable, ils ne nuisent pas à la production de gras du lait. Ils aident même dans certains cas.

Par contre, si les conditions ruminales ne sont pas optimales et, surtout, si le pH descend un peu trop bas, ils donneront lieu à la production de certains acides gras trans qui nuisent à la production de kilos de gras.


À lire aussi :
Traite robotisée, ce que vous devez savoir!


Dans le contexte économique actuel, ce n’est le souhait d’aucun producteur. C’est la raison pour laquelle il faut se préoccuper d’AGIR.

La teneur en acides gras insaturés des grains et oléagineux est mieux caractérisée et plus stable que celle des fourrages. Le problème avec les fourrages est qu’on ne sait pas si la fermentation dans le silo influence leur profil d’acide gras ni comment elle l’influence. 

Ainsi, en collaboration avec le laboratoire Groupe EnvironeX, des équations infrarouges ont été mises en place pour les mesurer directement et rapidement dans vos échantillons.

De plus, comme les teneurs en AGIR de plusieurs sous-produits utilisés en production laitière sont importantes, La Coop a adapté ses outils de formulation pour être en mesure de calculer les apports en AGIR dans les rations de votre entreprise. Ceci permet d’avoir un œil sur un facteur de risque pour la production de gras.

N’oubliez pas, AGIR n’est pas le seul paramètre nutritionnel à vérifier pour s’assurer d’un bon rendement en gras. Mais en le combinant avec les teneurs en fibre – fibre efficace et amidon fermentescible des rations –, il devient plus facile de formuler des programmes alimentaires optimisant la production de lait et ses composants.

Un outil de plus dans le coffre des conseillers La Coop!

 

Portrait de Annick Delaquis

QUI EST ANNICK DELAQUIS
Agronome et détentrice d'un doctorat en alimentation animale, Annick est nutritionniste en production laitière à La Coop fédérée.

annick.delaquis@lacoop.coop

1 Commentaires

  1. C'est bien les analyses des acides gras insaturés. Bravo. Mais j'aimerais bien qu'on analyse les PBDE dans les fourrages poussés aux boues d'épuration. OK... il n'y en a pas beaucoup... mais des perturbateurs endocriniens...ça perturbent et ce...souvent encore plus à faible dose. Merci de prendre soin de la santé de tous!